Le destin des croûtes océaniques dans les profondeurs de la Terre - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/05/2014 à 14h50 par Exo007.


LE DESTIN DES CROÛTES OCÉANIQUES DANS LES PROFONDEURS DE LA TERRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le destin des croûtes océaniques dans les profondeurs de la Terre

La ligne de lumière ID27, de l'ESRF, a permis en 2013 de préciser la température
du noyau terrestre (entre 3.800 et 5.500 K), par analyse à l'aide d'un puissant
faisceau de rayons X de grains de fer comprimés entre des diamants
(au centre du cylindre de cuivre) et chauffés par laser

 

Pour mieux comprendre ce qu'il advient des plaques océaniques lorsqu'elles s'enfoncent dans les profondeurs de la Terre, des scientifiques du CNRS et de l'ESRF ont recréé au laboratoire les conditions de températures et de pressions qui règnent à la limite entre le noyau et le manteau.

Leurs résultats apportent une explication nouvelle aux anomalies sismologiques, montrant que des morceaux de plaques atteindraient de grandes profondeurs où leur basalte fondrait.

La Terre est une planète active. La chaleur qu'elle renferme encore en son sein provoque des mouvements de convection responsables de la tectonique des plaques.

(...)

Le devenir de cette croûte et de la lithosphère océanique qui la supporte est de retourner dans le manteau à la faveur de la subduction. C'est pour cela que l'on trouve à la surface de la Terre des continents vieux de plusieurs milliards d'années alors que la croûte océanique la plus ancienne n'a que 165 millions d'années.

(...)

 


En haut à gauche de ce schéma, la croûte océanique plonge dans
le manteau et atteint la partie externe du noyau, au niveau de la couche D'',
une région où se déroulent des phénomènes encore mal connus.
Des fragments de plaques océaniques viendraient y fondre,
relâchant des liquides très riches en silice (SiO2)

 

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article du cnrs, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

Pour en savoir plus, abonnez-vous à notre newsletter bimestrielle GRATUITE

Ce site est GRATUIT ! Merci de contribuer au financement participatif de SOS-planete

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges

 





Auteur : CNRS

Source : www.futura-sciences.com