Le contrôle des émissions de GES au coeur des débats à Cancun - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/12/2010 à 21h03 par Tanka.


LE CONTRÔLE DES ÉMISSIONS DE GES AU COEUR DES DÉBATS À CANCUN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le contrôle des émissions de GES au coeur des débats à Cancun

CANCUN, Mexique (Reuters) - Deux jours après son ouverture, la conférence de Cancun sur le climat est entrée dans le vif du sujet et se focalise sur la question du contrôle des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Depuis la convention-cadre sur les changements climatiques, adoptée en 1992, pays riches et pays pauvres n'ont pas les mêmes obligations. Seule une quarantaine de pays développés sont tenus de déclarer annuellement leurs niveaux d'émissions.

Ce statu quo, que les pays en développement continuent à approuver, est remis en cause par les pays riches qui réclament plus d'efforts aux grandes puissances émergentes comme la Chine, devenue le premier pays émetteur de GES au monde.

"Je peux vous garantir que la question va faire débat", a déclaré Artur Runge-Metzger, membre de la délégation de l'Union européenne. La conférence de Cancun dure jusqu'au 10 décembre.

"Il faut des règles de mesure et de vérification bien plus sévères pour la Chine que pour un petit pays pauvre", estime le haut responsable européen.

Dans une optique de compromis, l'Inde propose que toutes les grandes économies, y compris les économies émergentes, déclarent régulièrement leurs niveaux d'émissions. Les pays riches seraient tenus en outre de détailler leur aide financière à la lutte contre les conséquences du réchauffement climatique.

Cela constitue une concession importante de la part d'une grande économie émergente comme l'Inde, car elle permettrait de réduire les différences de traitement entre pays. La classification de 1992 classe toujours la Corée du Sud ou le Mexique parmi les pays en développement.

L'Union européenne suggère pour sa part que les émissions des pays en développement soient soumises à une supervision internationale, sans être pénalisables.

La définition d'une nouvelle manière de déclarer et superviser les niveaux d'émissions pourrait ouvrir la voie à d'autres compromis. "C'est une offre qui pourrait régler beaucoup de choses", estime Siddharth Pathak de Greenpeace, à propos de la proposition indienne.

Elle pourrait par exemple faciliter le débat sur les objectifs de baisse des émissions pour succéder au protocole de Kyoto après 2012.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : Jean-Stéphane Brosse

Source : www.lepoint.fr