Le CNRS négationniste sur les dangers des faibles doses - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/01/2013 à 13h06 par kannie.


LE CNRS NÉGATIONNISTE SUR LES DANGERS DES FAIBLES DOSES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le CNRS négationniste sur les dangers des faibles doses

 

«Le rapport de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et de l'AIEA (Agence Internationale de l'Energie Atomique) sur la catastrophe de Tchernobyl, paru en 2005 sous l'égide des Nations-Unies, a évalué le nombre de décès de victimes immédiates de l'accident à moins de 50 et à 2200 celui de l'excès de décès entraîné par l'exposition à la radioactivité des 200 000 "liquidateurs" les plus exposés.»

(extrait du dossier scientifique sur le nucléaire mis en ligne par le CNRS début janvier 2013)

Même après la catastrophe de Fukushima, le village nucléaire mondial reste cohérent, il produit le même discours dans toutes les organisations institutionnelles : le nucléaire, même lors des accidents, ne génèrerait que très peu de décès.

C'est la doctrine officielle, et quasiment tous les salariés et subventionnés de l'énergie nucléaire se soumettent à ce postulat. Bien sûr, pour "prouver" cette assertion, on se réfère à l'unique source autorisée, le rapport initié par l'AIEA, premier promoteur de l'énergie atomique dans le monde, « L'héritage de Tchernobyl : impacts sanitaires, environnementaux et socio-économique », publié en 2005.

Pourtant d'autres rapports scientifiques existent, mais les organisations institutionnelles les ignorent complètement :

- 2006 : The other report on Chernobyl (Torch)

- 2006 : The Chernobyl Catastrophe - Consequences on Human Health

- 2009 : Chernobyl: Consequences of the Catastrophe for People and the Environment

De plus, les actes de la conférence «Les conséquences de Tchernobyl et d'autres accidents radiologiques sur la santé» qui s'est tenue à Genève en 1995 n'ont jamais été publiés. Il y a donc réellement une mainmise de l'AIEA sur les publications de l'OMS avec une réelle volonté de cacher la vérité. Est-ce une démarche scientifique ? Certainement pas, et c'est une honte que le CNRS s'associe à cette démarche négationniste.

Deux personnes se sont élevées contre le positionnement du CNRS, Thierry Ribault, économiste au CNRS, et Stéphane Lhomme, de l'Observatoire du nucléaire. Dans ces deux articles, la lumière est faite sur la stratégie du CNRS pour manipuler l'opinion :

* Fukushima : le CNRS tait la vérité et domestique les masses, par Thierry Ribault

* L'Observatoire du nucléaire accuse le CNRS de tromperie, par Stéphane Lhomme

 
Mise à jour du 20 janvier 2013

Suite à la dénonciation générale sur la toile de certains propos mis en ligne par le CNRS, les auteurs du dossier sur le nucléaire ont modifié le texte incriminé dans cette page (cf. texte copié-collé extrait de la partie « Aspects sociétaux / Conséquences des accidents nucléaires » en début du billet).

Thierry Ribault en fait état dans un commentaire sur le site de Rue89.

 

Un article de fukushima.over-blog.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer concrètement, ou à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Fukushima

Source : fukushima.over-blog.fr