Le climat a changé et changera - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/10/2011 à 22h11 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le climat a changé et changera

 
Un nouveau modèle global développé par un consortium européen auquel participe le Cnr (Conseil National des Recherches), permet d'estimer l'évolution future du système climatique et de mieux en comprendre les tendances historiques.

Depuis 1850 les eaux océaniques, jusqu'à une profondeur de 300 m, se sont réchauffées de presque un degré, et la surface de la calotte glacière de l'Arctique a diminué de 3 millions de km2 ces dix dernières années.

Un modèle innovant à échelle globale permettra d'étudier l'évolution du climat ces dix prochaines années, et ainsi prévenir les impacts sur l'environnement et la société.

Ce modèle s'appelle Ec-Earth et a été développé par un consortium européen d'universités et d'organismes de recherche, parmi lesquels l'Institut des sciences de l'atmosphère et du climat du Conseil National des Recherches (Isac-Cnr).

Ec-Earth, coordonné par l'Institut météorologique hollandais (Knmi), réunit les modèles les plus récents, capables de représenter les mécanismes complexes qui régissent l'atmosphère, l'océan, la calotte glacière et la biosphère.

Les chercheurs Antonello Provenzale, Jost von Hardenberg et Elisa Pallazi, de l'Isac-Cnr, en collaboration avec le centre de calcul Caspur de Rome, auront d'ici peu terminer une première simulation de l'évolution climatique de la Terre de 1850 à 2009, ce qui a demandé 95.000 heures de calcul et produit 15 Terabytes de données.

L'analyse détaillée des résultats et les projections pour estimer la variabilité climatique jusqu'en 2100, sont actuellement en cours de traitement. Ces résultats seront par la suite mis en commun avec les données récoltées par les autres équipes de recherche.

Comme le précise Antonello Provenzale : "Comme l'ont déjà révélé les mesures expérimentales, la simulation a confirmé l'augmentation de presque un degré de la température globale de la surface de la Terre ces 50 dernières années.

De même, la température moyenne des eaux océaniques jusqu'à une profondeur de 300 m, a globalement augmenté de presque un degré, avec une amplification du phénomène ces 30 dernières années.

Les résultats ont de plus mis en évidence le retrait de la calotte glacière, qui est passée, de plus de 8 millions de kilomètres carrés dans les années 50, à environ 5 millions en 2005, à la fin de la période estivale.


 

Et les projections pour les prochaines décennies sont toutes plus décourageantes les unes que les autres : il est encore prévu une diminution. Adapté à l'Arctique, le modèle Ec-Earth sera d'une grande utilité pour intégrer les mesures que le Cnr est en train de recueillir sur la base de Ny Alesund ".

Le modèle a aussi été utilisé pour étudier les précipitations sur tout le globe (de 1850 à 2009), ce qui est fondamental pour l'analyse du cycle hydrologique et de la disponibilité en eau.

" Les précipitations sont très différentes d'une région à une autre, et sont une variante des plus difficiles à reproduire avec le modèle.

En Europe, les valeurs maximales ont été enregistrées sur les côtes norvégiennes, en Ecosse, au sud de l'Islande et dans certaines parties des Alpes, où on arrive à presque 2000 millimètres de pluie par an, alors que l'on descend à moins de 1000 millimètres sur les rives italiennes de l'Adriatique, et environ 300 millimètres sur la côte méditerranéenne au sud de l'Espagne.

Le modèle confirme aussi que les variations des précipitations dues au changement climatique montrent de fortes différences régionales, avec une tendance à rendre plus aride de grandes zones de la Méditerranée. ".

La région himalayenne, appelée le troisième pôle de la Terre pour la grande quantité de glace qu'on y trouve, est au centre d'études de modélisation, étant données les mutations en cours et l'importance des fleuves qui y prennent leurs sources et qui fournissent de l'eau à plus de 1,5 milliard de personnes en Asie.

"La situation est complexe", explique Antonello Provenzale, "il y a un fort retrait des glaciers et des précipitations de mousson dans les zones à l'Est, des glaciers stationnaires ou même en expansion, et des perturbations hivernales venant de Méditerranée qui dominent les zones les plus arides du Karakorum, à l'Ouest."

Les résultats fournis par Ec-Earth compléteront les études expérimentales conduites dans les stations de haute altitude du réseau Share du Cnr et du Comité Ev-K2-Cnr de ces zones.

"Le modèle globale Ec-Earth représente un instrument important, et son utilisation permettra de commencer en Italie, les activités de "climate services" recommandées par l'Organisation Météorologique Mondiale, et nécessaires pour une programmation efficace des mesures d'adaptation aux changements climatiques".
 

Un article de Frederick Martin, publié par bulletins-electroniques.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Frederick Martin

Source : www.bulletins-electroniques.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr