Le ciel du Pôle Nord - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/03/2013 à 19h48 par pam.


LE CIEL DU PÔLE NORD

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le ciel du Pôle Nord

 

Les astronomes amateurs et professionnels connaissent peu le ciel nocturne visible depuis l'extrême nord de la planète Terre, la plupart des grands observatoires se trouvant sous les tropiques.

Un ciel déroutant, mais qui déploie parfois des spectacles magiques...

Dans leur chronique Du côté des étoiles, Marie-Odile Monchicourt et Serge Brunier évoquent souvent le ciel visible depuis les latitudes moyennes ou tropicales où observent la plupart des astronomes amateurs et professionnels.

Le Pôle sud ?

Il n'y a que de très rares bases scientifiques en Antarctique, et les conditions en pleine nuit –c'est à dire en hiver– sont spatiales, inhumaines : il y fait -70 °C en moyenne...

Le Pôle nord ?

Il est occupé par l'océan Arctique, qui gèle en hiver.

"Pourtant, nous expliquent Marie-Odile et Serge, il existe un " spot " unique et étonnant pour observer le ciel, non loin du sommet de la planète Terre, l'archipel du Svalbard, qui se trouve à 80 degrés de latitude nord, c'est à dire à environ 1000 kilomètres seulement du Pôle nord géographique".

Là-haut, il fait nuit pratiquement sans discontinuer environ huit semaines par an, et la nuit polaire s'étend sur une vingtaine d'heures pendant des mois.

Serge Brunier vient de séjourner au Svalbard deux semaines, lors d'un tournage qu'il effectuait pour une série d'une vingtaine de films que prépare la société Point du Jour pour Arte.

L'équipe allait assister, à la fin de l'hiver boréal, au tout premier rayon de Soleil sur les glaciers de l'archipel...

"Le plus étonnant, explique Serge, ce sont ces crépuscules, ou ces aubes, on ne sait plus, qui s'éternisent, la lumière du couchant et du levant sur les montagnes enneigées est d'une pureté incroyable, qu'on ne connaît, dans les Alpes, les Andes ou l'Himalaya, par exemple, que quelques minutes...

Le Svalbard, c'est le paradis des photographes...

"Quant aux astronomes, ils sont confrontés, en plus d'une température nocturne moyenne de l'ordre de -25 °C, à un ciel qui se comporte bizarrement, comme l'explique Serge : "Repérer l'Étoile polaire, ou la Grande Ourse, qui tournent au-dessus de nos têtes, c'est facile, mais contempler la ronde de la Lune, qui se déplace pratiquement à l'horizontale, jour et nuit, au dessus de l'horizon, c'est vraiment très étrange...".

C'est au Svalbard que se situe la station astronomique la plus septentrionale de la planète : au-dessus de la ville de Longyearbyen se trouve l'observatoire Kjell Henriksen, qui suit l'activité géomagnétique de notre planète et ses interactions avec le Soleil.

En particulier, cet observatoire est le seul au monde où les aurores boréales peuvent être observées 24 h/24, plus de deux mois durant...

Les aurores, se sont ces draperies lumineuses changeantes qui apparaissent dans le ciel du nord, et qui sont dues à l'excitation des atomes de la haute atmosphère terrestre par les particules émises par le Soleil. Lorsque le vent solaire est particulièrement puissant, le ciel du Svalbard, mais aussi du Groenland, d'Alaska, d'Islande, de Sibérie, de Finlande... s'embrase littéralement.

"En près de 40 ans d'observation astronomique, je n'avais jamais vu d'aurores boréales, raconte Serge.

 

 

Nous avons eu la chance, par une glaciale après-midi, d'assister à une éruption solaire majeure, qui a provoqué, pendant près de six heures, une série d'aurores boréales au dessus de Longyearbyen.

Le Svalbard se situe à une latitude tellement haute que ces aurores étaient visibles... plein sud !

Pour un astronome, c'est une chance inouïe de contempler ces draperies phosphorescentes voilant la constellation d'Orion...

Les aurores étaient tellement brillantes, qu'elles se jouaient du clair de Lune, fantomatiques, elles apparaissaient, disparaissaient, embrasaient le ciel d'un horizon à l'autre en passant par le zénith, éclipsant les étoiles, je n'avais jamais rien vu d'aussi beau... ".

Avec l'équipe de tournage d'Arte, Serge Brunier a filmé le phénomène dans son ensemble, cet épisode polaire de la série Entre Terre et ciel sera diffusé à l'occasion de La Nuit des Étoiles sur Arte au mois d'août 2013, l'ensemble de la série étant programmée pour 2014.

 

Un article de france info.fr, relayé par SOS-planete

 

SOS-planete, c'est environ 5500 visiteurs par jour ! 32 millions depuis la conception en 1999. Pourtant, l'association Terre sacrée qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 9 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : france info.fr

Source : www.franceinfo.fr