Le chef informaticien de Google Traduction va travailler sur le génome humain - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/09/2014 à 22h55 par Fred.


LE CHEF INFORMATICIEN DE GOOGLE TRADUCTION VA TRAVAILLER SUR LE GÉNOME HUMAIN

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le chef informaticien de Google Traduction va travailler sur le génome humain

 

Titre initial => Big Data et santé : Le chef informaticien de Google Traduction, Franz Och, va désormais travailler sur le génome humain en analysant les données d'un million de volontaires

 

Le chef informaticien de la branche Google Traduction quitte la firme pour désormais travailler sur le génome humain. Il a été débauché par une start-up spécialisée dans le séquençage de l'ADN.

Il travaillera désormais en concurrence avec son ancien employeur, Google, qui s'était aussi engagé dans le domaine de la génétique avec Baseline Study.

L'année dernière, J. Craig Venter, un businessman biologiste a fondé à San Diego la « Human Longevity Inc. », une start-up ayant, rien de moins, pour but, comme son nom l'indique, de rallonger l'espérance de vie humaine.

Google a, quant à lui, lancé Calico, une autre start-up qui veut repousser l'échéance fatale.

Aujourd'hui, Venter a débauché Franz Och, un informaticien allemand qui dirigeait les opérations de Google Traduction.

Il occupera désormais le poste de directeur scientifique des données chez Human Longevity, pour bâtir, pour l'étude génomique, un équivalent de Google Traduction.

Craig Venter veut utiliser les algorithmes de Franz Och pour exploiter des centaines de séquençages différents du génome humain.

Durant la dernière décennie, Och a appliqué pour Google ses connaissances du « machine learning » (apprentissage automatique/apprentissage machine).

 

 

Le « machine learning » appliqué à l'étude du génome humain

Cette branche de l'intelligence artificielle permet aux machines d'apprendre sans supervision humaine, à partir d'une vaste base de données.

C'est grâce à cette technique que Franz Och a mis au point Google Traduction, l'outil que des centaines de millions de personnes utilisent pour comprendre un texte dans plus de 80 langues.

Venter veut utiliser le « machine learning » pour comparer une grande quantité de génomes entre eux, afin de trouver des associations entre les gènes.

Ceci n'aurait encore jamais été fait et représenterait le seul moyen, selon lui, de faire progresser la génétique.

Venter, qui se trouve en concurrence directe avec le projet Baseline Study de Google, souhaite analyser les données d'un million de volontaires d'ici à 2020.

(...)

 

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Un article de Jean-Pierre Hourdeau, publié par aiservice.fr et relayé par SOS-planete

 

 

Pour en savoir plus que visible, abonnez-vous à notre nouvelle
Newsletter bimestrielle
, confidentielle et GRATUITE

Le site SOS-planete lui-aussi est GRATUIT ! Toutefois, pour nous soutenir,
pour un surf plus fluide et surtout pour bénéficier de l'autorisation d'accès à toutes les zones clefs, naturellement réservées, pensez à
adopter la version PREMIUM

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges ;o)





Auteur : Jean-Pierre Hourdeau

Source : www.aiservice.fr