Le chant d'un insecte du jurassique revient d'outre tombe - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/03/2012 à 15h03 par Mich.


LE CHANT D'UN INSECTE DU JURASSIQUE REVIENT D'OUTRE TOMBE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le chant d'un insecte du jurassique revient d'outre tombe

 

S'imaginer le comportement d'espèces disparues est un vrai challenge. Mais lorsqu'il s'agit de reproduire le chant d'un insecte du Jurassique, c'est à la limite de l'impossible. Et pourtant une équipe internationale a été jusqu'à reproduire le chant nuptial d'un orthoptère qui a vécu il y a 165 millions d'années.

Les orthoptères sont des insectes qui se caractérisent par des ailes droites. Ils sont généralement phytophages. On retrouve dans cet ordre, les grillons, les sauterelles et les criquets. Cela donne une idée de la tête de notre insecte disparu.

Grâce à des restes particulièrement bien conservés de cet insecte, des chercheurs chinois, anglais et américains ont pu détailler l'appareil stridulant. Le chant de ces insectes disparus, tout comme celui de leur descendant moderne, est produit grâce au crissement des ailes avant.

Ils se servent de ces mélodies entêtantes pour attirer leurs congénères femelles. Au fur et à mesure de l'évolution, ces chants se sont modifiés. De simples bruits rudimentaires, il y a 300 millions d'années, ils sont devenus des stridulations musicales, durant le jurassique.

En étudiant, la structure physique de l'insecte, sa morphologie, on peut connaître les fréquences, les tons produits par le frottement de ces éléments. A coup de comparaisons et d'éléments physiques, on découvre que le chant émis par Archaboilus musicus est une musique basée sur une résonance à une fréquence à 6,4 Hz.

Ce chant de basse fréquence (que vous pouvez écouter ici) était particulièrement bien adapté au milieu acoustique, dans lequel évoluait A. Musicus.

Il s'agissait très certainement d'une forêt de conifères et de fougères géantes ayant poussé dans une atmosphère humide, composant un environnement encombré.

 

Un article de sur-la-toile.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : sur-la-toile.com

Source : www.sur-la-toile.com