L'Amitié et l'Amour sont les seules choses qui grandissent quand on les partage (vidéo)

Le cercle des pauvres bêtes disparues - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/04/2010 à 20h44 par laurence.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Le cercle des pauvres bêtes disparues

Un animal disparu est né en 2009 par clonage. Certes il n'a pas vécu bien longtemps, mais la gestation in vitro puis in vivo a été menée à bien. Et ce genre de perte est courant dans ce type d'expérimentation où tous les paramètres sont à découvrir. On recommence donc en 2010 !

En tout cas la preuve est apportée que, pour ressusciter une espèce, il faut et suffit de disposer d'échantillons de son génome, de connaître avec exactitude ses séquences d'ADN, et d'avoir sous la main des femelles porteuses assez proches du disparu. Descendantes ou proches cousines dans l'évolution. Une avancée de plus dans les sciences de la vie.

Jurassic Parc ? Pas encore !

Des débuts modestes. Mais il faut bien commencer par quelque chose.

Depuis 2003, des équipes de scientifiques espagnols dirigés par José Folch et José Luis Alabart travaillaient à ressusciter un mammifère disparu. En l'occurrence une "capra pyrenaica ssp" parent de l'actuel bouquetin commun. La dernière survivante de l'espèce était morte en l'an 2000 et on en avait conservé des biopsies cutanées.

Pour la première tentative, une cinquantaine d'embryons clonés avaient été transférés dans l'utérus d'une douzaine de chèvres domestiques, mais aucun n'avait dépassé 2 mois. Le temps normal de la gestation étant de cinq.

Pour le second essai, on a utilisé des cellules somatiques qu'on a introduites par électrofusion dans des ovocytes de chèvres préalablement énucléés. Cette technique permet de fusionner les membranes de l'ovocyte avec une cellule donneuse d'ADN nucléaire, grâce à une décharge électrique. Les embryons fabriqués de la sorte ont été cultivés entre 2 et 7 jours in vitro avant d'être implantés, selon leur développement, dans l'oviducte ou l'utérus de "mères porteuses". Avec pour objectif de fabriquer un hybride de la chèvre domestique et du bouquetin disparu.

A l'issue d'une grossesse de 5 mois, un des embryons est né à terme, parfaitement formé en apparence, mais affecté d'un dysfonctionnement pulmonaire qui a abrégé sa vie. Néanmoins on sait remédier à un tel accident, relativement mineur dans la complexité du processus. La réussite complète sera donc pour la prochaine fois ! En attendant, les analyses démontrent une parfaite adéquation du petit cloné (50/50) entre l'ADN de la mère et celui récupéré en labo.

Des perspectives fantastiques... Pourvu qu'on ose !

La France a pris un retard considérable dans le domaine du clonage.

..../....

Le premier animal cloné était une carpe en 1963. Ont suivi Dolly la brebis en1996, Marguerite la vache 2 ans plus tard, Millie, Christa, Alexis, Carrel et Dotcom les 5 petits cochons en l'an 2000. Après, ce fut le tour de Carbon le chat en 2001, Prometa la jument en 2003 et Snoopy le chien en 2005. Et pour finir Injaz le dromadaire en 2009. Au delà de l'expérimentation, c'étaient aussi des animaux sélectionnés pour leurs qualités en vue d'un élevage ultérieur. Il est temps maintenant de passer à l'étape suivante : faire revivre les animaux éteints. Autant pour l'équilibre naturel de la terre que pour l'agrément des hommes, et soyons réalistes, aussi pour la viande.

Mais ceux-là pourront toujours s'égosiller. Comme en d'autres temps, leurs prédécesseurs avalaient leurs dentiers en racontant que les fils électriques dans les campagnes empêchaient les vaches de produire du bon lait. Ou encore que les vibrations du chemin de fer rendaient les femmes nymphomanes et les hommes stériles. Galéjades que tout cela ! On n'arrête pas le progrès ! Et tant qu'à faire, autant le diriger pour mieux en maîtriser les effets. Que la France rate ou non une fois encore le train du futur, celui-ci s'apprête à quitter la gare...

Demain, le cercle des bébètes disparues ? Pourquoi pas ? Qui prend le pari ?

Source : agoravox.fr

Pour lire la suite de l'article cliquer sur lien utile

Information recueillie par Laurence

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter laurence
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.