Le cannabis, une drogue aux vertus thérapeutiques - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/12/2009 à 22h47 par Tanka.


LE CANNABIS, UNE DROGUE AUX VERTUS THÉRAPEUTIQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le cannabis, une drogue aux vertus thérapeutiques

Information recueillie par Tanka.

Atteint d'une sclérose en plaques, Olivier, 50 ans, fume quotidiennement du cannabis pour soulager ses douleurs et les effets secondaires liés à son traitement, une injection hebdomadaire d'Interféron bêta 1-a. "C'est très efficace contre les nausées et pour donner de l'appétit,explique-t-il. Sans cela, je ne serais pas capable de sortir. Et puis, ça me maintient le moral." Le 26 août, les gendarmes ont fait irruption dans sa maison du Lot et ont saisi ses plants. Olivier, qui a été condamné à 150 euros d'amende avec sursis, ne décolère pas : "Je ne suis ni un dealer ni un toxicomane, et le cannabis m'aide bien davantage que les traitements classiques contre la douleur. Je n'ai pas envie de finir en fauteuil roulant."

En France, le cannabis est une drogue illicite, qu'il s'agisse d'usage récréatif ou thérapeutique. Nicolas, un Luxembourgeois ancien inspecteur de police, n'a pas ces soucis. Son médecin hollandais installé en Allemagne lui prescrit du Bediol, des fleurs de cannabis sous forme de poudre, qu'il va acheter aux Pays-Bas à la pharmacie Hanzeplein de Goningen. "J'en prends juste le soir dans un thé de chanvre. Je souffre d'un syndrome de trouble de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et ça a changé ma vie", témoigne cet homme de 54 ans qui ne supportait pas le méthylphénidate prescrit pour ce genre de syndrome.

Contrairement à leurs homologues français, depuis 2003, les médecins néerlandais peuvent prescrire librement du cannabis, sous sa forme naturelle, aux personnes qui souffrent de certaines pathologies. "Des données cliniques, qui demandent à être complétées, ont montré l'efficacité de cette thérapeutique notamment pour lutter contre la douleur dans la sclérose en plaques et certains cas de myopathies ou de cancers, la perte d'appétit dans les chimiothérapies et, de manière plus spéculative, pour aider les personnes atteintes de TDAH", explique Marco Van de Velde, directeur de l'Agence du cannabis médical des Pays-Bas.

Créé en 1998 sous la pression des associations de malades atteints de sclérose en plaques, cet organisme placé sous la tutelle du ministère de la santé contrôle la production de cannabis et est seul habilité à le vendre aux pharmacies. Trois produits sont délivrés dans les officines, avec différents dosages en tétrahydrocannabinol (THC) et en cannabidiol (CBD) qui n'est pas psychoactif et présente l'avantage d'atténuer les éventuels effets secondaires liés au THC (ivresse, anxiété, fatigue...). "Il est recommandé de ne pas fumer le cannabis, car les produits de la combustion sont nocifs, poursuit Marco Van de Velde. On peut le consommer en thé ou l'inhaler avec un vaporisateur." 500 patients s'approvisionnent dans les pharmacies, les autres leur préférant les coffee-shops où le produit, encore peu remboursé par les compagnies d'assurances, est moins cher.

Le Canada et quatorze Etats américains autorisent également la consommation du cannabis pour des raisons thérapeutiques, faute d'alternative et sur prescription d'un médecin ou autorisation spéciale. A côté de la prescription de marijuana, il existe sur le marché des médicaments à base de cannabis. Là encore, Etats-Unis et Canada font figure de précurseurs. Ils ont autorisé la prescription du Marinol et de Césamet (tétra-hydrocannabinol ou THC de synthèse) pour traiter nausées et vomissements associés aux chimiothérapies anticancéreuses et contre les pertes d'appétit chez les personnes atteintes du sida.

Au Canada, le Sativex est autorisé depuis 2005 pour lutter contre les douleurs spastiques de la sclérose en plaques. Il associe deux cannabinoïdes, le THC et le CBD. Des demandes de mise sur le marché sont en cours en Espagne et en Grande-Bretagne, où il est déjà délivré sur autorisation spéciale. Selon le laboratoire Meda, qui distribue le Cesamet en Europe et aux Etats-Unis, il est également prescrit en Grande-Bretagne, Irlande, Finlande et Espagne, selon des procédures particulières.

En France, la réglementation permet, sous certaines conditions très restrictives, la délivrance de médicaments cannabinoïdes. Les médecins doivent faire une demande d'autorisation temporaire d'utilisation (ATU) auprès de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Depuis 2001, seules 90 ATU ont été accordées pour des prescriptions de Marinol, principalement pour des nausées liées aux chimiothérapies, des séquelles d'affections inflammatoires du système nerveux, ou encore des problèmes d'inappétence liés au sida.

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Source : Le Monde

Pour en savoir plus sur la situation planétaire