6ème extinction massive 3ème Guerre mondiale: la Nature s'en remettra! Mais quelle âme aura résisté?

Le Canada, pays nordique, pays arctique - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 22/05/2010 à 15h29 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le Canada, pays nordique, pays arctique

L'avenir de la région arctique frappe l'imagination mondiale... Jamais il n'y a eu un intérêt si fort et une inquiétude si profonde pour une partie du globe si lointaine.

La question de l'évolution de l'Arctique et de ses conséquences est très complexe. De plus, les informations étant limitées et discontinues (et les analyses scientifiques non exhaustives), la base de connaissance est encore très réduite.

L'Année polaire internationale récente (2007-2009) devrait aider à combler ces déficits scientifiques (quand les résultats seront publiés) et à souligner le rôle des deux pôles dans les systèmes climatiques et physiques du globe.

Mais, de toute évidence, l'intérêt mondial est antérieur à ces efforts scientifiques récents et directement lié à une compréhension plus aprofondie par la population des résultats directs du réchauffement planétaire. Pour simplifier, disons que les études montrent que la cryosphère (la banquise, la glace, le pergélisol) change beaucoup plus rapidement que les analyses et les prévisions ne l'annonçaient, même les plus récentes.

Il est clair que les régions polaires, individuellement et de concert, jouent un rôle planétaire beaucoup plus large que ce que l'on croyait, même il y a peu de temps. Mais ce rôle et cette interdépendance ne sont pas directement transférables aux politiques nécessaires pour relever les défis polaires.

À la base, l'Antarctique est un continent couvert de glace, entouré par un océan et qui n'est pas habité de façon permanente. L'Arctique est exactement le contraire – c'est un océan couvert de glace, entouré de cinq pays souverains (Canada, Etats-Unis, Russie, Finlande, Suède, Norvège, Islande, Groenland), et habité et peuplé depuis des millénaires.

L'Arctique canadien en particulier n'est pas la terra nullius ni la terra incognita des explorateurs européens (et autres) du XIXe siècle et du début du XXe. Ne pas reconnaître ces différences fondamentales entre les deux régions polaires pourrait nous amener à des conclusions et propositions inapropriées.

L'objectif de cet article est de présenter un résumé de cette situation complexe dans le contexte canadien et de réfléchir aux défis et possibilités qui attendent le Canada dans ses régions arctiques et nordiques.

Un survol de la situation canadienne

Plus de 30 % de l'Arctique (hors haute mer) se trouvent au Canada et 40 % du territoire canadien dans l'Arctique. Les trois territoires nordiques canadiens – le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut – ont presque la même superficie que l'Union européenne.

Il est évident que les changements environnementaux que nous observons dans l'Arctique sont d'une importance et d'une priorité centrales pour le gouvernement du Canada, ainsi que pour les citoyens qui habitent les régions nordiques. Ceci nous amène à faire une distinction géopolitique majeure.

Pour les pays non arctiques, les questions liées à l'Arctique sont soit scientifiques, soit de politique étrangère. Pour le Canada, ces dimensions existent aussi, mais dans un contexte de politique intérieure. L'équilibre entre les besoins intérieurs – y compris les droits des peuples autochtones et le rôle des territoires dans un système fédéral – et la politique étrangère ajoute un niveau de complexité qui n'existe pas ailleurs.

Il est donc très important de comprendre que, dans le contexte canadien, tous les aspects décisionnels et politiques qui concernent l'Arctique sont regardés à travers le prisme de l'intérêt national” et du bien être et de la durabilité du territoire. Il n'y a rien d'étrange dans cette situation puisque toute administration nationale est obligée, de par sa nature, de veiller aux intérêts de ses citoyens et de sauvegarder l'intégrité de son territoire.

Ces jours-ci, il est beaucoup question de la “gouvernance” de l'Arctique. Sur le plan intérieur, le gouvernement du Canada étudie la question depuis des décennies. Depuis au moins 30 ans, il y a une évolution tranquille et continue de la gouvernance du Grand Nord canadien qui est très mal connue des Canadiens, et encore moins hors du Canada.

On s'est entendu sur une série de revendications territoriales – par les Premières Nations (amérindiennes) et les Inuits (Esquimaux) – dont la superficie équivaut à celle de l'Union européenne. Ces accords prévoient en général des paiements directs à chaque groupe et, ce qui est peut-être le plus important pour l'avenir, leur octroient des droits sur les terres et le contrôle des accès aux ressources terrestres et maritimes. Et surtout, en 1999, fut créé le Territoire du Nunavut à la suite d'un accord négocié avec les Inuits de l'Arctique de l'Est en 1993.

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur "lien utile"

SOS-planete

Auteur : Peter HARRISON

Source : www.diploweb.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.