VertiGe exponentiel? Terrasser sa peur du lendemain ou raison du plongeoir déposé en haut de Babybel

Le Brésil taille dans son code forestier à la hache - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/06/2011 à 15h44 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le Brésil taille dans son code forestier à la hache

 
Des forêts tropicales dépendent directement 2/3 de la biodiversité terrestre et 1 milliard de personnes pour leur survie. Premier grand bassin forestier tropical, l'Amazonie (7 millions de kilomètres carré) est aujourd'hui très fortement menacée. Le Brésil, qui possède 63% de l'ensemble de la forêt amazonienne, est en train de tailler à la hache dans son code forestier. L'association Institut pour la Justice Environnementale (Instituto Justiça Ambiental) mène un combat sans relâche pour que les acquis écologiques en matière de préservation des forêts ne soient pas rayés du code forestier, sous la pression des lobbys agricoles implantés au Brésil.

Menaces sur la forêt amazonienne

L'Amazonie remplit des fonctions environnementales capitales pour l'équilibre de la planète, qu'il s'agisse de l'aprovisionnement en eau douce (12% des réserves d'eau douce mondiales) de la biodiversité qu'elle abrite (plus de 40 000 espèces végétales, 2,5 millions d'espèces d'inclans et 427 espèces de mammifères) ou des fonctions de régulation du climat.

Au Brésil depuis de nombreuses années, les forêts subissent d'importantes pressions dues à l'exportation de bois coupé illégalement (50% des coupes seraient illégales[1]) et à la recherche de terres pour les exploitations agricoles industrielles de bovins et de soja. Si bien que la forêt amazonienne du Brésil a perdu 17% de sa surface originelle.

Disparition des lois de préservation de l'Amazonie brésilienne

Pour préserver cette précieuse ressource, le gouvernement brésilien a mis en place, en 1995, un code forestier qui permettait de se prémunir de la déforestation en limitant par exemple les coupes rases (préservation d'une surface de 20 à 80% de la surface forestière initiale suivant l'importance écologique de la forêt rasée) et en exigeant un reboisement des surfaces déboisées au bout de quelques années.

De même, une forêt établie sur une pente allant de 20 à 40 degrés devait être automatiquement placée en forêt de protection (=zone de préservation permanente). " Bien que ces pratiques n'aient pas été souvent respectées, elles étaient tout du moins condamnables aux yeux de la loi et le code forestier constitue une force pour nos actions de terrains ", explique Cristiano Pacheco, directeur exécutif d'IJA.
 


 

Le vote des députés remet complètement en cause le fondement du code brésilien en permettant aux exploitants agricoles de ne pas se soucier ni du reboisement ni de la préservation d'une partie de la forêt. " Avec cette modification du code forestier, les grands exploitants agricoles, qui n'ont pas respecté les exigences du code forestier de 1995, ne seront pas tenus de réparer les dommages causés à l'environnement ", poursuit Cristiano Pacheco.

Cristiano Pacheco explique qu'IJA ne cessera pas de diffuser les alertes nécessaires sur les risques irréversibles sur l'environnement que comporte l'allègement des mesures de préservation de l'écosystème amazonien.

IJA a d'ailleurs organisé plusieurs conférences afin de pointer du doigt les implications environnementales de la modification vers le bas du code forestier. Une première série de débats a vu le jour le 14 avril à Porto Alegre (code forestier : rétrocession et responsabilité environnementale), avec les procureurs des états de Rio Grande du Sud et des experts de l'écologie forestière.

Un deuxième atelier a eu lieu les 26 et 27 mai à l'Université de Sao Paolo, avec les médias nationaux, les scientifiques, les environnementalistes, et les professeurs de droit.

Un des résultats importants de ce dernier événement est la rédaction d'une note conceptuelle proposant une régulation internationale pour la protection des forêts afin de faire face aux enjeux climatiques mondiaux.

IJA continuera de mobiliser la société civile jusqu'à ce que la présidente du Brésil Dilma Roussef déclare que la modification du code forestier n'aura pas lieu.
 


 

Responsabilités partagées

La mobilisation citoyenne pour la préservation de la forêt amazonienne ne fait que croître depuis ces dernières semaines.

Pour France Nature Environnement, les alertes de la société civile doivent être entendues par le Brésil, qui a signé avec la France un Protocole de coopération pour le développement durable du biome amazonien côté français et brésilien en 2008, ainsi qu'un accord avec la Norvège pour la lutte contre la déforestation dans le pays.

Les produits de l'exploitation agricole du Brésil se retrouvent souvent sur le marché européen et français. Nous avons donc une part de responsabilité dans la déforestation de l'Amazonie.

L'association Instituto Justiça Ambiental (Institut pour la Justice Environnementale) et France Nature Environnement appellent à la limitation drastique de la consommation des produits agricoles (viande, soja majoritairement) venant du Brésil.

Pour plus d'informations : www.ija.org.br

 

Un article publié par fne.Asso

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : fne.Asso

Source : www.fne.asso.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.