Le Bisphénol A agit aussi sur le développement embryonnaire - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/03/2011 à 07h58 par Tanka.


LE BISPHÉNOL A AGIT AUSSI SUR LE DÉVELOPPEMENT EMBRYONNAIRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le Bisphénol A agit aussi sur le développement embryonnaire

 
Composé chimique de synthèse largement utilisé dans la fabrication industrielle des récipients en plastique de type polycarbonates, le Bisphénol A (BPA) est un perturbateur endocrinien, capable de mimer l'action des hormones sexuelles féminines, à savoir les oestrogènes, dans l'organisme.

Outre l'exposition via la voie alimentaire, il serait également capable de pénétrer l'organisme par la peau selon une récente étude. Actuellement, le BPA est classé comme reprotoxique de catégorie 3, c'est-à-dire jugé « préoccupant pour la fertilité de l'espèce humaine » en raison « d'effets toxiques possibles » sur la reproduction.

Jusqu'alors, les études visant à évaluer l'impact du BPA sur la santé humaine s'étaient focalisées sur la fonction de reproduction et le développement du cerveau. Mais, une équipe mixte de chercheurs du CNRS, en collaboration avec l'Inserm, le Muséum national d'Histoire naturelle et l'INRA, s'est récemment intéressée aux effets de ce composé sur le développement embryonnaire.

Pour ce faire, les scientifiques ont exposé des oeufs de poissons zèbre (Danio rerio) à des concentrations de plus en plus importantes de BPA (de 1 mg/L à 20 mg/L). Or, suite à cette exposition au BPA, la plupart des embryons de poissons zèbre ont présenté des anomalies au niveau des otolithes, de petites structures de l'oreille interne servant à contrôler l'équilibre et jouant également un rôle dans l'audition.

Si d'autres anomalies de l'oreille interne, moins fréquentes, ont été constatées, 60 % des embryons ont, quant à eux, développé des agrégats d'otolithes.

D'une manière générale, au-delà d'une concentration de 15 mg/L, tous les poissons zèbre ont développé des anomalies. Pour vérifier ces résultats, les scientifiques ont soumis un autre vertébré de la famille des amphibiens, le xénope, à la même expérience.

Là encore, ils constatèrent le développement d'anomalies de l'oreille interne.

Selon les experts, ces conclusions sont à interpréter avec recul, la dose de BPA administrée correspondant à « une dose très aigüe », « bien plus élevée que la gamme d'exposition possible de l'être humain ».

Mais bien que « rien ne peut être déduit pour l'homme » sur ces bases, ces travaux mettent en évidence un effet ignoré du BPA. Preuve est désormais faite que, outre ses effets reprotoxiques, ce composé agit également, à des doses assez élevées, sur le développement embryonnaire.

 

Note de Tanka : Je pensais que ces tests étaient effectués avant l'autorisation de la mise sur le marché....et c'est pour tout comme ça ?
 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Cécile Cassier

Source : www.univers-nature.com