Le biogaz de Methavalor - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/09/2011 à 13h34 par Kannie.


LE BIOGAZ DE METHAVALOR

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le biogaz de Methavalor

 

L'usine de méthanisation de Moselle Est tourne depuis mardi. Elle transforme les déchets putrescibles d'Alsace Bossue en gaz, énergie et compost.

Les premières bennes ont déchargé leurs cargaisons de déchets fermentescibles dans les bacs de la nouvelle usine devant une cinquantaine d'élus représentants les groupements de communes qui adhèrent au syndicat mixte de transport et de traitement des déchets de Moselle-Est.

32 000 tonnes de biodéchets traités par an

En tout, ce sont 385 000 habitants qui sont concernés par la concrétisation de ce projet vieux de dix ans qui s'est déjà traduit par l'instauration du tri sélectif dans la plupart des foyers. Parmi eux les habitants des communautés de communes du pays de Sarre-Union et d'Alsace Bossue.

Le principe repose sur la transformation des déchets alimentaires ou verts, d'abord malaxés, dans une atmosphère à 55° qui règne dans un digesteur anaérobie c'est-à-dire privé d'oxygène. Ces matières organiques dégradables par voie biologique vont produire en trois semaines du biogaz à haute teneur de méthane et du compost de qualité.

Le biogaz produit contient 55 à 60 % de méthane, combustible qui pourra être utilisé directement sur les unités de co-génération (production de chaleur et d'électricité) ou être utilisé après épuration comme carburant pour les véhicules fonctionnant au gaz ou encore être injecté dans le réseau gaz de ville.

Le biogaz produit à partir d'une tonne de déchets équivaut à la quantité d'énergie contenue dans 70 l de gazole. La capacité de traitement de Methavalor est de 32 000 tonnes de biodéchets par an pour une production de 5 500 000 m3 de biogaz.

« C'est unique en France et peut-être même au monde » se réjouit Charles Stirnweiss, président du Sydeme qui a fait breveter une partie des installations et des procédés. « L'usine tournera à plein régime dès 2012 » ajoute Serge Winkelmuller, directeur général du Sydeme.

D'ici là elle fera déjà l'objet de plusieurs visites des représentants de collectivités hexagonales ou étrangères qui pourraient bien s'inspirer de l'usine lorraine, pionnière en la matière pour se convertir, eux aussi, à l'éco-traitement auquel on prédit un bel avenir dans la mesure où les jours des centres d'enfouissement semblent comptés.
 

Un article de J-L.W., publié par Dna.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : J-L.W.

Source : arpro3.sdv.fr