Le "biocarburant" E10 cale au démarrage - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/03/2011 à 01h32 par Mich.


LE "BIOCARBURANT" E10 CALE AU DÉMARRAGE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le "biocarburant" E10 cale au démarrage

 

Ce nouveau carburant sème la pagaille en Allemagne. "Super E10. Nein, tanke (Non, merci)", titre Bild en jouant sur le mot Tanke (station service). Le tabloïd explique pourquoi l'introduction, en février, du biocarburant E10 sur le marché allemand est "une folie".

"E" signifie "éthanol", "10" le pourcentage de bioéthanol dans l'essence, au lieu de 5% précédemment. L'Allemagne se conforme ainsi à l'objectif européen de voir les biocarburants représenter 10% de la consommation totale de carburants en Europe d'ici à 2020. Mais tous les moteurs ne supportent pas ce carburant, ce qui a provoqué un boycott massif des automobilistes.

Le gouvernement a dépêché des représentant de l'industrie à un sommet de l'essence ce mardi, censé sauver la mise. Mais pour Bild, la messe est dite : nuisible pour les moteurs, le climat et la forêt équatoriale, gourmand en consommation, cher, provoquant des famines, le E10 est un flop.

 

En France, boycottons nous aussi l'E10 à la pompe.

Il a en effet tout pour plaire;o)

C'est un poison qui affame le monde, rase les dernières forêts tropicales et -cerise sur le gâteau!- abime nos moteurs!

 

 

Autre article (Mediapart)

Allemagne : le boycott du biocarburant menace le paradigme vert !

Par Bertrand Buisson/Mediapart

 

Imposée par une directive européenne, l'introduction du biocarburant E10* en Allemagne a déclenché la colère des automobilistes. Depuis deux semaines, les stations services d'outre-Rhin accumulent les stocks d'E-10 (vendu mélangé au Sans plomb 95) pendant que les cuves de Sans plomb 98, pourtant 10 centimes d'euro plus cher, se retrouvent à sec.

Les associations d'automobilistes dénoncent un carburant plus corrosif et moins lubrifiant qui endommage réservoirs et moteurs, et les associations écologistes l'accusent à juste titre d'alimenter la hausse du prix mondial des céréales pendant que 1,2 milliards de gens sont sous-alimentés.

Se dessine en Allemagne le potentiel d'une révolte contre l'idéologie environnementaliste qui depuis 30 ans impose la rigueur économique et la petitesse sociale. On le voit à travers deux articles publiés hier dans la presse nationale.

Sous le titre « L'absurdité au nom de l'environnement », le Bildzeitung, premier quotidien allemand, écrit : « Il est vraiment grand temps que le bon sens finisse par l'emporter sur les absurdités décrétées au nom de l'environnement. La liste des indécences est déjà bien trop longue (...)

Sans la moindre contestation, on nous a fait enlever nos ampoules électriques classiques pour les remplacer par des ampoules fluocompactes bien plus chères et beaucoup plus toxiques. Plus bête encore : l'on paye annuellement des milliards d'euros en taxes écologiques, qui ne servent pas à sauver l'environnement mais à combler les déficits budgétaires.

On lave nos pots de yaourt et on les emballent dans des sacs jaunes, tout ça pour aller polluer en Asie. Et des millions de conducteurs se font voler avec l'achat de la vignette anti-particules qui ne sert qu'à maintenir quelques gros pollueurs en dehors des centre-villes. En voyant tout ça, c'est presque un miracle que les Allemands continuent à lutter pour l'environnement. »

Dans le grand hebdomadaire économique Wirtschaftswoche, le président de l'Association nationale des Chambres de l'industrie et de commerce (DIHK), Heinrich Driftmann, laisse éclater sa colère. Sous le grand titre « Le biocarburant E-10 rend la nourriture plus chère », il déclare : « On ne produit quasiment plus d'orge dans le pays. On est obligé d'acheter nos céréales très cher à l'étranger. C'est la conséquence du boom des bioénergies qui remplacent l'agriculture classique. A cause de cela, les prix des produits alimentaires augmentent aussi. »

Wirtschaftswoche dit que sur ces six derniers mois, les prix du maïs, du blé et du sucre ont augmenté de 75% , «sous l'impulsion de la production de biocarburant aux États-Unis, où déjà 33% des récoltes de maïs y sont consacrés.»

 

--Note--

* En France il est distribué dans près d'un quart des stations depuis plus d'un an.

 

Source de ce deuxième article

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Presseurop et Mediapart

Source : blogs.mediapart.fr