Lancement de la première bouteille plastique intégrant du végétal - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/10/2010 à 20h41 par Tanka.


LANCEMENT DE LA PREMIÈRE BOUTEILLE PLASTIQUE INTÉGRANT DU VÉGÉTAL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Lancement de la première bouteille plastique intégrant du végétal

On le sait, le bilan environnemental de l'eau embouteillée est exécrable par rapport à sa déclinaison du robinet. Néanmoins, depuis plusieurs années, les fabricants tentent indirectement de le réduire en affinant l'épaisseur de la membrane de plastique des bouteilles et en introduisant de nouveaux matériaux, à l'exemple du PET (1).

Si ces évolutions leur permettaient de substantielles économies de matière et d'énergie, tout en contribuant à verdir leur piètre image en la matière, l'arrivée d'un composant d'origine végétal est présentée comme "une innovation majeure" et une "étape supplémentaire dans l'éco-conception des emballages".

Concrètement, la bouteille de 50 cl de Volvic voit son empreinte carbone réduite de 35 % à 40 % par rapport à sa précédente déclinaison, grâce au recours à 25 % de plastique recyclé et au bioPET comportant près de 30 % de végétal.

Ce nouveau plastique est produit, en partie, à base de mélasse (résidu de canne à sucre) fermentée qui devient de l'éthanol, modifié ensuite par un processus chimique pour être transformé en éthylène glycol (un des deux composants du PET). Cette première étape se déroule en Inde. Dans un second temps, l'éthylène est associé à la seconde molécule constitutive du PET, l'acide téréphtalique, obtenu classiquement à partir de pétrole (2).

Outre ces 20 % d'origine végétale, le matériau de cette bouteille est décrit comme 100 % recyclable. Son déploiement à l'ensemble des formats de bouteilles, proposés par Volvic, doit être effectué courant 2011 en France.

Si à prime abord, ce nouveau matériau est séduisant quant au gain environnemental apporté, il n'empêche que l'eau du robinet présente un bilan, en la matière, imbattable. De plus, en recourant au végétal, cette bouteille intègre ni plus ni moins une forme de biocarburant, dont on connaît l'impact sur la déforestation et le détournement des terres agricoles à des fins de production énergétique, dans des pays où la quête alimentaire reste un problème majeur.

SOS-planete





Auteur : Pascal Farcy

Source : www.univers-nature.com