La voiture électrique, une fumisterie sans fumée d'échappement - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/03/2012 à 21h37 par Fred.


LA VOITURE ÉLECTRIQUE, UNE FUMISTERIE SANS FUMÉE D'ÉCHAPPEMENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La voiture électrique, une fumisterie sans fumée d'échappement

 

Zoé, la nouvelle voiture électrique de Renault, fera un bruit artificiel pour se signaler aux piétons.

Mais il y aurait plus dangereux que ce silence de déplacement auquel les passants citadins ne sont pas habitués.

Pour l'écologiste Yves Paccalet, ce mode de transport présenté comme vert n'est pas réellement "planet friendly".

Le salon international de l'automobile se tient à Genève. Entre les limousines hors de prix et les quatre-quatre gros comme des éléphants, mais bien plus gourmands en énergie, les constructeurs proposent des voitures électriques réputées "futuristes". Le physicien et l'écologiste partent d'un esclaffement, leur rire fût-il un peu jaune...

Ceux qui croient au "progrès" perpétuel et à la "croissance" indéfinie font miroiter la voiture électrique avec le même bagout que le revendeur d'épave vante les performances de son tas de ferraille. La voiture électrique est une fumisterie sans fumée d'échappement, mais non sans nuisances.

Elle a besoin, dirait monsieur de La Palice, d'électricité pour rouler. Or celle-ci ne tombe pas du ciel (sauf durant les orages, sous forme de foudre assez difficile à dompter).

Elle provient de combustibles fossiles (en voie de raréfaction et de renchérissement, en outre fauteurs d'effet de serre), de centrales nucléaires (le problème, et non la solution) ou de ressources renouvelables (loin de suffire à la tâche, demain comme aujourd'hui).

Comment produirions-nous assez d'énergie électrique pour faire rouler non seulement un milliard de bagnoles comme maintenant, mais trois milliards, selon les "prévisions" – ou les fantasmes ! – du FMI pour 2050 ?

En la matière, les projections des "spécialistes" sont amusantes. Ou délirantes... Ces beaux esprits calculent, par exemple, que, pour la France, posséder un parc automobile "branché" exigerait qu'on ajoute deux réacteurs nucléaires au parc actuel.

Mais, précisent-ils, en mode de chargement "lent" – celui qui requiert une nuit pour requinquer la batterie et permettre un parcours d'une centaine de kilomètres le lendemain.

Le mode de chargement "rapide" (une demi-heure dans la prise) nécessiterait, quant à lui, dix-sept réacteurs atomiques supplémentaires, ou leurs équivalents thermiques. Le consommateur acceptera-t-il de charger en mode lent ? Il n'éteint déjà pas la lumière en sortant de chez lui...

 

 

Imaginons des millions d'automobilistes qui rentrent du boulot entre 18 et 20 heures. Ils se connectent tous ensemble au réseau. Colossal black out avant chaque JT !

Il y a d'autres problèmes. D'autres "facteurs limitants", comme disent les écologistes. La voiture électrique ne saurait être équipée d'accumulateurs au plomb : ceux-ci sont trop lourds. Ils ont un rendement déplorable.

La solution consiste à installer, sous chaque capot, des batteries au lithium, le plus léger de tous les métaux. Mais le lithium manque déjà. Il n'existe guère, sous forme de minerai, que dans les Andes (dans les salars de l'Altiplano), en Afghanistan ou au Tibet. Et notre industrie informatique en est, elle aussi, avide.

Certes, on construit des automobiles électriques et qui roulent. On les montre au peuple ébahi. Elles inspirent les journalistes et les politiciens crédules. Elles permettent aux riches de devenir "écolos" dans la version "peinture verte".

Mais la voiture électrique pour tous n'existera jamais. À moins que l'humanité ne domestique très vite l'énergie de fusion nucléaire (ce qui serait une surprise), ou qu'elle ne découvre le secret du mouvement perpétuel (ce qui étonnerait encore davantage le physicien).

Même si elle désole les chantres de la "verditude" et du "développement durable", une évidence s'impose : ceux qui croient à la voiture électrique en 2012 sont les enfants de ceux qui croyaient à la voiture volante en 1952.

 

Un article de Yves Paccalet, publié par leplus.nouvelobs.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Yves Paccalet

Source : leplus.nouvelobs.com