La vengeance des éléphants - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/03/2010 à 21h04 par Tanka.


LA VENGEANCE DES ÉLÉPHANTS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La vengeance des éléphants

Cambodge - La déforestation continuelle, difficile à endiguer, produits des résultats catastrophiques tant chez les humains que chez les animaux.

Pour l'homme, à côté de l'impact environnemental, qui se traduit notamment par le réchauffement climatique ou des inondations d'une ampleur inédite, les villageois installés le long des zones frontalières sont de plus en plus nombreux à devoir abandonner leurs activités traditionnelles liées à la forêt. Ces métiers, axés autour de la cueillette de fruits, de feuilles ou encore de lianes, leur permettaient de subvenir à leurs besoins. Mais une fois ces zones forestières mises à nu ou données en concession à des entreprises privées, les habitants se retrouvent sans rien. Sans alternative, ils entament alors leur descente vers la pauvreté extrême.

Pour les animaux, les conséquences sont encore plus dramatiques, puisqu'ils perdent à la fois leur habitat naturel et leur pitance. Dans la province du Mondolkiri, les éléphants en colère s'en prennent désormais aux paysans, détruisant des plantations et des maisons, laissant des populations traumatisées.

Autrefois, ces bêtes vivaient tranquillement dans les forêts, à l'écart des humains. Mais aujourd'hui, les empiètements de l'homme sur leur territoire naturel les conduisent à s'aventurer dans les villages pour y trouver un peu de nourriture. D'autres espèces disparaissent au fur et à mesure de l'avancée des tronçonneuses. Les éléphants seraient-ils les derniers défenseurs de la faune et la flore face à la déforestation rampante ? En tout cas, une chose est sûre, les villageois sont dans cette affaire des victimes, au même titre que les pachydermes.

Certes, le gouvernement, et en particulier le Premier ministre, ont montré à plusieurs reprises leur détermination à préserver les espaces naturels du pays. Le chef du gouvernement s'en prend régulièrement à des responsables militaires ou des hauts fonctionnaires de son administration pour qu'ils mettent fin à leurs trafics de bois. Pourtant, ces activités illégales perdurent. Les trafiquants et leurs protecteurs haut placés semblent être intouchables.

Chaque année, le ministère de l'Agriculture fait la promotion de sa politique de plantation de nouveaux arbres. Mais alors pourquoi ne déploie-t-il pas la même énergie pour lutter contre la déforestation ?

Dans ce pays, on tente de chasser la fumée plutôt que d'éteindre le feu. À vrai dire, il suffirait de mettre des moyens pour réellement protéger la nature, pour que les éléphants laissent les humains tranquilles. Au lieu de chercher quelles mesures seraient efficaces pour les empêcher de venir manifester contre la déforestation, au milieu des villages.

Source : cambodgesoir.info

Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire