La troisième guerre de l'ortie a commencé - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/11/2009 à 21h07 par Tanka.


LA TROISIÈME GUERRE DE L'ORTIE A COMMENCÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La troisième guerre de l'ortie a commencé

Information recueillie par Tanka.

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire ni toutes les recettes à partager. Une décoction connue des paysans et jardiniers depuis la nuit des temps, semble devenir l'enjeu d'un conflit entre firmes phytosanitaires et défenseurs de l'ortie libre.

Dangereux brûlot, le livre Purin d'ortie et Cie explique en effet aux masses le bon usage de cette potion séculaire : au printemps, dès que les orties poussent et avant qu'elles ne fleurissent, récoltez 1 kg de feuilles fraîches et mettez à macérer dans 10 litres d'eau de pluie pendant 8 jours. Filtrez avec un tissu, mettez en bouteille et stockez au frais. Ce purin, très concentré, ne doit jamais être utilisé pur. Pulvérisé à 5% en solution sur toutes vos plantes, tous les dix à 15 jours selon leur croissance, il fortifie, vivifie et protège des pucerons et des maladies. En solution à 20% arrosée tous les 10 à 15 jours, c'est un excellent engrais et régénérateur du sol.

D'autres plantes, aux propriétés stimulantes, comme l'achillée, la bardane, la consoude ou le pissenlit, et fongicides, telles que l'ail, la prêle et le raifort, ou la sauge, qui permet de lutter contre le mildiou de la pomme de terre, sont proposées dans l'ouvrage comme ingrédients de base de la trousse de secours du jardinier avisé. On y découvre également Raymonde Gal, agricultrice en Aveyron, promue ambassadrice de l'ortie pour avoir été pionnière en matière de renouveau et de reconnaissance des vertus de la vivace urticacée.

En août 2006, l'ouvrage Purin d'ortie et Cie a valu à l'un de ses co-auteurs, Eric Petiot, une perquisition des services de la DGCCRF (direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Eric Petiot, paysagiste et professeur d'agronomie, s'est vu saisir ses cours et le mémoire d'un brevet. Les inspecteurs étaient munis de la loi d'orientation agricole 2006-11 du 5 janvier 2006 interdisant toute publicité commerciale et toute recommandation pour les produits phytopharmaceutiques contenant une ou plusieurs substances actives destinées au traitement des végétaux, dès lors que ces produits ne bénéficient pas d'une autorisation de mise sur le marché (AMM) ou d'une autorisation de distribution pour expérimentation.

En clair, le purin d'ortie, n'étant pas homologué par la commission ad hoc, ne peut être fabriqué et vendu et il est interdit d'en diffuser le savoir faire. Problème : cette loi revient à interdire les méthodes culturales biologiques non homologuées.

Une guerre en trois épisodes

C'est ainsi qu'a commencé la première guerre de l'ortie : premières interdictions en 2002, puis loi d'orientation agricole (LOA) de 2006, qui stipule que la diffusion des connaissances est interdite et que toute préparation agricole doit être homologuée. Coût de la validation d'une molécule : entre 200 et 300.000 euros. Mais des voix s'élèvent pour dénoncer le texte de loi, qui, pour la plupart des associations impliquées, semble confondre intérêts commerciaux et enjeux de santé publique et environnementaux. ''Les pesticides, perturbateurs endocriniens et cancérigènes, sont utilisés sans autorisation alors que l'ortie est interdite ! '', s'indigne Jean Sabench, de la Confédération paysanne. Outre qu'il risque de donner indirectement la prime aux brevets des multinationales de la chimie, le texte de la loi d'orientation agricole de 2006 affiche une nette volonté répressive : 75.000 € d'amende pour celui qui vend ou donne un produit non homologué, en détient des bidons ou diffuse la recette. Le collectif Ortie & Compagnie, rassemblement d'acteurs variés, prend alors en charge la défense du dossier.

Ce tollé déclenche un deuxième épisode de la guerre de l'ortie, victorieux pour l'urticacée cette fois. Les députés s'émeuvent de l'agacement populaire et votent, dans le cadre de la loi sur l'eau, en décembre 2006, un amendement dit du ''purin d'ortie'', accepté par le rapporteur du projet de loi, le député (UMP) André Flageolet. Cet amendement soustrait du cadre de la LOA ces fameux purins qui prennent désormais l'appellation plus aseptisée de ''Préparations naturelles peu préoccupantes'' (PNPP) et renvoie à la rédaction d'un décret permettant une procédure d'homologation allégée. ''On y a travaillé pendant deux ans pour le voir aboutir de façon inacceptable car il fait référence aux réglementations de l'Union européenne qui rendent les procédures très complexes'', explique Bernard Bertrand, porte-parole du collectif des Amis de l'ortie. C'est dans ce contexte qu'est créée l'ASPRO-PNPP, association pour la promotion des produits naturels peu préoccupants fédérant associations, chercheurs et entreprises et la

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire