La toundra Arctique évolue et aggrave le réchauffement climatique mondial - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/08/2009 à 21h46 par Tanka.


LA TOUNDRA ARCTIQUE ÉVOLUE ET AGGRAVE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE MONDIAL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La toundra Arctique évolue et aggrave le réchauffement climatique mondial

Information sélectionnée par Tanka

Avec l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre, la toundra Arctique évolue et se réchauffe, aggravant ainsi le phénomène de réchauffement climatique mondial, ce qui préoccupe les scientifiques.

Les régions de la toundra Arctique se réchauffent très rapidement, rejetant plus d'émissions de gaz à effet de serre que prévues dans l'atmosphère, et encourageant le phénomène de réchauffement climatique mondial, d'après ce qu'a déclaré un expert en la matière mercredi.

La toundra désigne la formation végétale qui entoure l'Arctique. Cette région Arctique est caractérisée par une strate végétale unique : une strate basse composée d'herbacées, principalement de lichen, et de sous-frutescentes.

La toundra forme un cercle autour du pôle de plus de huit millions de km², soit 6% des terres émergées. Du fait de la localisation des terres émergées, ce type de région n'existe pratiquement que dans l'hémisphère nord.

Depuis 1970, les températures dans la région de la toundra ont augmenté d'environ 1°C par décennie

Le Professeur Greg Henry de l'Université de Colombie Britannique au Canada a également déclaré que les températures plus élevées signifiaient que des plantes plus grandes commencent à se répandre dans la toundra, qui est habituellement couverte de petits arbustes, de l'herbe ou des lichens.

L'augmentation du nombre de plantes plus épaisses signifie que la région s'assombrit de plus en plus et absorbe par conséquence plus de chaleur, favorisant de cette façon le phénomène de réchauffement climatique.

Le scientifique a ajouté que la toundra couvrait environ 15% de la surface du monde et représentait 30% du territoire du Canada.

Greg Henry, qui travaille en Arctique depuis le début des années 1980, a déclaré qu'il avait mesuré « un changement très substantiel » dans la toundra au cours des trente dernières années, évoquant ainsi des émissions de gaz à effet de serre plus importantes et une croissance significative des plantes de la région.

Depuis 1970 selon lui, les températures dans la région de la toundra ont augmenté d'environ 1°C par décennie, ce qui représente les taux de réchauffement les plus élevés enregistrés dans la planète.

« Nous avons découvert que la toundra rejette en fait beaucoup plus d'oxyde nitreux et de méthane que ce les scientifiques ne pensaient » a déclaré Greg Henry aux journalistes lors d'une conférence de presse organisée dans le village de Resolute situé dans le territoire de Nunavut au nord du Canada.

« Nous essayons réellement de maîtriser cela parce que si d'autres tests montrent que c'est vrai, cela change la totalité du budget pour les émissions de gaz à effet de serre pour le Nord, ce qui aura des implications mondiales » a-t-il déclaré.

Les scientifiques accusent l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre mondiales d'être à l'origine du changement climatique. Les effets de ce phénomène au nord du Canada et dans les régions Arctique ont été particulièrement significatifs et perceptibles.

Greg Henry a déclaré que sa station de recherche dans le territoire de Nunavut avait enregistré des températures plus élevées chaque année depuis le début des années 1990. Les températures plus élevées signifient que les plantes poussent plus rapidement et de plus en plus haut, tandis que les espèces plus grandes colonisent le nord.

« La toundra devient de plus en plus fréquente dans le monde entier. Cela a des implications majeures » a souligné le scientifique, qui préside également un projet international d'étude de la toundra.

« Cela change la couleur de la surface de la Terre en la rendant plus sombre, donc en conséquence, le réchauffement climatique est accru » a-t-il indiqué.

Certains scientifiques craignent également que tandis que le pergélisol de l'Arctique fond, il rejette de grandes quantités de dioxyde de carbone et de méthane dans l'atmosphère, ce qui aurait également pour effet d'accroître le réchauffement climatique.

Le pergélisol désigne un sous-sol gelé en permanence, au moins pendant deux ans.