La Race humaine n'est pas au-dessus de la Nature. Toutes les espèces en vie sont dans le même bateau

La terre serait-elle plate a l'Institut de France ? - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/03/2011 à 10h33 par fredl.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La terre serait-elle plate a l'Institut de France ?

 
Les professeurs Claude Allègre, Vincent Courtillot, et quelques collègues, ont créé un organisme dont une des missions est d'informer les Français que les activités humaines ne sont qu'une cause mineure du changement climatique.

Ils souhaitent que l'Institut de France – qui regroupe cinq Académies, dont l'Académie des sciences – abrite cet organisme, lequel jouit déjà d'appuis significatifs dans certains milieux. Un bref détour par les Etats-Unis aidera à saisir les enjeux.

Il n'y a pas que les membres de la Société de la terre plate qui croient que la terre est plate. Une majorité d'Américains le croient. Si ce n'est pas littéralement, dans un même égarement scientifique, ils croient que l'univers n'a pas beaucoup plus de six mille ans, ou que le trou d'ozone est principalement dû à l'activité des volcans, ou encore que les activités humaines ne sont pas pour grand-chose dans le changement climatique.

Ces croyances leur sont inoculées par de puissantes organisations, commerciales ou autres, par des organismes-écran d'aparence scientifique que ces organisations ont créés et financent généreusement, et par des porte-parole (dont certains ont de brillants antécédents scientifiques) adossés à ces organismes.

Il y a d'abord eu la planète tabac. A la base, on trouve ici American Tobacco, Benson and Hedges, Philip Morris, R.J. Reynolds... Ces entreprises ont créé le premier organisme-écran, sous un nom infiniment honorable : Alexis de Tocqueville Institution (François de la Rochefoucauld aurait aprécié l'hommage rendu, une fois de plus, par le vice à la vertu).

Quant au porte-parole en chef, c'est un haut gradé de la science, Fred Seitz. Auteur de contributions importantes en physique de l'état solide, il a présidé pendant sept ans la National Academy of Sciences, et ensuite la prestigieuse Rockefeller University.

A sa retraite en 1979, l'industrie du tabac lui a confié, avec de gros moyens financiers, la mission de susciter des recherches et de mener des campagnes d'information visant à jeter le doute sur les résultats des études épidémiologiques qui commençaient à révéler la nocivité du tabac.

En exploitant au maximum les effets de ce rideau de fumée scientifique, ainsi que des formes plus traditionnelles de lobbying, l'industrie du tabac est parvenue à repousser jusqu'en 2006 une condamnation de portée nationale, particulièrement infâmante quand elle est venue, il est vrai, car prononcée sur la base du Racketeer Influenced and Corrupt Organization Act.

 

 

Après le tabac, il y a eu les dénis des pluies acides, du trou d'ozone et même des dangers de la guerre des étoiles. Et maintenant, paraît-il, les hommes ne sont pas pour grand-chose dans le changement climatique.

Nouveaux sponsors : Exxon Mobil, BP, Peabody (première entreprise charbonnière des Etats-Unis), Ford, General Motors, une demi-douzaine de producteurs d'électricité, d'autres encore.

Nouveaux organismes-écran, aux noms toujours engageants : National Resources Stewardship Project, Greening Earth Society, The Advancement of Sound Science Coalition... Fred Seitz s'est encore engagé dans ce combat, ainsi qu'un autre physicien de renom à la retraite, Fred Singer, connu pour ses "bons" mots ("Les écologistes sont comme les pastèques, verts à l'extérieur, rouges à l'intérieur") et sa mauvaise foi dévastatrice.

Il y a aussi, notamment, le géographe Tim Ball, connu pour son "bon" sens ("Comment peut-on parler sérieusement du climat dans cinquante ans alors qu'on est incapable de prévoir le temps qu'il fera l'été prochain ?").

Et le maître manipulateur Frank Luntz, qui dans le Straight Talk Memo a rassemblé des consignes de campagne pour les candidats républicains aux élections de 2004, George Bush compris ("Si le public vient à croire que le débat scientifique est clos, ses vues sur le réchauffement global s'ajusteront en conséquence; il faut donc faire de l'absence de certitude scientifique un thème central pour entretenir le débat").

INTÉRÊTS PARTICULIERS

Et c'est bien l'objectif de tout ce monde : se saisir de la part inévitable d'incertitude que comporte une science traitant d'un système complexe (que ce soit le climat, le corps humain, une forêt tropicale, l'océan...), monter en épingle cette part d'incertitude, l'amplifier, la fabriquer le cas échéant, afin de discréditer – notamment au cours de débats médiatiques prétendument "équilibrés" entre "opinions" opposées – des résultats scientifiques qui valident des choix politiques dont ne veulent pas certains acteurs économiques ou politiques bien placés.

Le doute est un moteur irremplaçable dans la démarche scientifique, mais manipulé et asservi à des intérêts particuliers, c'est un moteur non mois efficace de confusion dans le public et chez les responsables politiques et économiques. Ce moteur a remarquablement fonctionné : "Les activités humaines sont-elles la cause du réchauffement global ?" (Pew Research Center National Survey on Climate). Réponses : 50 % de oui en juillet 2006, 34 % en octobre 2010.

Pour lire la suite, cliquer sur « Lien utile » ou « Source ».

Est-ce le rôle de l'Institut de France de soigner l'ego de quelques scientifiques de cette sorte en accueillant en son sein l'organisme-écran qu'ils s'emploient à développer pour proclamer que les activités humaines ne sont qu'une cause mineure du changement climatique et, pourquoi pas, que la terre est plate ? (Incidemment, comment traduit-on "Exxon-Mobil" ou "Peabody" en français ?)
 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 

Auteur : Claude Henry, professeur à Columbia University, professeur honoraire à l'Ecole polytechnique, membre fondateur de l'Académie des technologies

Source : www.lemonde.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter fredl
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (3) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par geoffroy le 04/03/2011 à 15h33

Charles Foveau 10h02 (cf lien utile)

La démarche scientifique implique que l'on remette régulièrement en cause des théories qui semblent acquises et qu'avec la même rigueur, on analyse, on étudie des paramètres qui peuvent sembler parfois insuffisamment pris en compte. Cela s'est toujours fait, les exemples foisonnent. Prendre comme argument d'illégitimité que dans ce groupe de travail, certains ne soient pas directement des climatologues est contradictoire avec les thèses officielles sur l'intérêt de la pluridisciplinarité.

Commentaire laissé par geoffroy le 04/03/2011 à 15h32

Budic 09h56

Ne faudrait-il pas, notamment quand on défend la science, éviter les caricatures et excès de langage, qui décrédibilisent le propos? L'auteur reconnaît "la part inévitable d'incertitude que comporte une science traitant de systèmes complexes"; que vient donc faire ici l'affirmation que la terre est plate? Y a-t-il incertitude là-dessus? Qui peut croire que Mm. Allègre et Courtillot sont à ce niveau? Comme profanes, on a l'impression d'être pris pour des niais.

Commentaire laissé par geoffroy le 04/03/2011 à 15h31

Charles Foveau 09h51 (cf lien utile)

Ce que croient des américains ou d'autres est donc du domaine de la croyance et non pas du savoir. Les démarches lobbyistes de groupes d'intérêts divers, s'appuyant sur ou se cachant derrière des icones scientifiques ou des vedettes du cinéma ou du sport, relèvent des techniques de communication. Utiliser cet argument de type inductif pour généraliser au caractère illégitime d'un travail sur une thèse scientifique, médiatiquement minoritaire aujourd'hui, est une erreur ou une malhonneteté.