La tauromachie, B.B. et le Ministre de l'"inculture" - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/04/2011 à 00h26 par Mich.


LA TAUROMACHIE, B.B. ET LE MINISTRE DE L'"INCULTURE"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La tauromachie, B.B. et le Ministre de l'"inculture"

 

Signez la pétition!

Déjà 2000 signatures!

 

Brigitte Bardot, au nom de sa Fondation, a écrit une lettre incendiaire au ministre de la Culture, qui a officialisé vendredi dernier l'inscription de la tauromachie à l'inventaire du patrimoine culturel de la France.

Brigitte Bardot a encore frappé. Dans un style incisif qui est presque devenu sa marque de fabrique, la présidente de la Fondation éponyme règles ses comptes avec le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, à propos de l'inscription de la tauromachie à l'inventaire du patrimoine culturel de la France.

Dans une lettre adressée au «ministre de l'Inculture», la fondatrice de l'association n'y va pas par quatre chemins: «Vous venez de faire la plus grosse connerie de votre vie !», tance-t-elle.

«A peu de temps des présidentielles, vous avez probablement voulu vous mettre au diapason du minable gouvernement qui vous emploie auquel vous venez de porter "l'estocade" définitive et sans appel», vitupère-t-elle. «Si vous êtes porté aux nues par une poignée d'aficionados qui vous ont manipulé, vous venez de vous mettre à dos la majorité des Français», prévient encore la militante, sondages à l'appui.

En effet, comme l'a indiqué à ParisMatch.com Christophe Marie, porte-parole de la Fondation, les derniers sondages sur la corrida font état de 60 à 80% d'opinion défavorable chez les Français. Un sondage Ipsos * réalisé dans le Gard (département réputé «taurin») et datant de l'été dernier –et qui semble être le plus récent- conforte cette opposition majoritaire: 66% des personnes interrogées se disent «défavorable aux corridas avec pique, banderilles et mise à mort des taureaux».

71% des sondés se déclarent en outre «pas attachés à la corrida», dont près de la moitié d'entre eux (45%) pas du tout. «Seuls les imbéciles ne changeant pas d'avis, conclut Brigitte Bardot. Il serait encore temps de revenir sur cette scandaleuse décision, mais à croire votre manière de vous comporter je crains que votre Q.I. n'atteigne pas la moyenne nécessaire à ce démenti urgent.»

«C'est la honte pour la France !», a renchéri Christophe Marie, interrogé par nos soins. Selon lui, la tauromachie est, avant tout, une pratique «cruelle» et «plus que rétrograde». En outre, il «ne s'agit pas d'une tradition française», s'offusque-t-il. Il est de notoriété publique que l'Espagne est le berceau de la corrida. Pourtant, rappelons que la Catalogne a interdit en juillet 2010 cette pratique, près de 20 ans après les Canaries.

Et d'autres initiatives évoluent en ce sens, comme l'arrêt de la retransmission, depuis janvier dernier, de ces combats par la chaîne publique RTVE (...).

Aujourd'hui, en vertu de l'article 521-1 du Code pénal, (datant de 1994, mais modifié par ordonnance en 2006) «la tauromachie est reconnue, à juste titre, comme étant un acte de cruauté en France passible de 30 000 euros d'amende et deux ans d'emprisonnement», rappelle Christophe Marie.

Seules une quarantaine de villes, dans onze départements, sont autorisées, par dérogation, à présenter ces spectacles taurins –les principales étant Nîmes, Arles ou encore Bayonne, tandis que d'autres, à l'instar de Fréjus ou Montpellier, y ont renoncé. Selon le Corridafrance.fr, une grosse centaine de corridas a été organisée l'an dernier dans notre pays.

«Non seulement elle ne fait pas partie du patrimoine culturel de la France mais il est urgent d'abolir cette pratique barbare dans les quelques régions où elle se perpétue encore», conclut le bras droit de B.B..
Mitterrand relativise

Néanmoins, tout en jugeant cette décision «incompréhensible», Christophe Marie relativise sa portée. «Ce que nous craignons par-dessus tout, c'est que cette mesure outrepasse le domaine du symbolique: qu'elle remette en cause l'interdiction des combats d'animaux et plus généralement la reconnaissance des actes de cruauté envers les animaux», explique-t-il.

 

 

Et si c'était lui le taureau?

 

«Or, si nous ignorons encore la portée exacte que pourrait avoir cette inscription au patrimoine immatériel de la France, la réponse du ministre apporte un sévère camouflet aux pro-corrida.» En effet, en réaction aux critiques des associations de défense de la cause animale, Frédéric Mitterrand a précisé qu'il n'avait «pas de sympathie particulière pour la tauromachie, ni pour la chasse à courre, ni pour la mise à mort des animaux pour la fourrure» etc.

Il a en outre minimisé la teneur du classement en soulignant que «l'inscription de la tauromachie dans un simple inventaire patrimonial qui est fait chaque année par le ministère de la Culture n'a pas d'autre valeur que d'appartenir à un inventaire».

Il a enfin assuré que cette mesure ne voulait «absolument pas dire que le ministère de la Culture soutiendra ou soutiendrait la candidature de la tauromachie au patrimoine immatériel de l'Unesco. Ce sont deux choses différentes. Ranger ses rayonnages n'est pas fonder une bibliothèque», a conclu le ministre.

Pour mémoire, l'Unesco a adopté en 2003 une convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel que la France a ratifié en 2006. Cette convention impose aux États signataires de tenir un inventaire du patrimoine national, que l'Hexagone a commencé en 2007.

La démarche de demander que la tauromachie soit inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France a été lancée en 2009 par l'union des villes taurines françaises et l'Observatoire national des cultures taurines (...).

«Le Lobby taurin a fait cela en catimini, sans consulter les Français qui devraient pourtant se sentir concernés par leur patrimoine» qui, comme le rappelait lui-même le communiqué du ministère vendredi dernier, comprend entre autres «la tarte tatin, le fest-noz (breton), la tapisserie d'Aubusson», ou encore «les parfumeurs de Grasse»...

De la diversité des soi-disant spécialités françaises...

 

Un article de Marie Desnos, publié par Parismatch.com

 

Signez la pétition!

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Le site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : Marie Desnos

Source : www.parismatch.com