La Suisse à la conquête de l'énergie sombre - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 13/12/2011 à 23h21 par Kannie.


LA SUISSE À LA CONQUÊTE DE L'ÉNERGIE SOMBRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La Suisse à la conquête de l'énergie sombre

 

Sélectionnée début octobre par l'Agence Spatiale Européenne (ESA) dans le cadre de son programme « Vision Cosmique », la mission Euclid a pour but d'étudier l'accélération de l'expansion de l'Univers, l'une des plus grandes questions de cosmologie et de physique fondamentale du 21ème siècle.

Impliquant le Domaine des affaires spatiales de la Confédération (SSO), l'UNIGE, l'EPFL, l'Université de Zurich et la Fachhochschule NordWest Schweiz (FHNW), la mission sera vraisemblablement lancée en 2019 avec une fusée russe Soyouz depuis le port spatial de Kourou, en Guyane française.

Mission spatiale de l'ESA, Euclid a pour but de comprendre l'origine de l'accélération de l'Univers, que les physiciens et astronomes appellent « l'énergie sombre ».

Les observations actuelles montrent que l'énergie sombre constituerait plus de 70 % de la matière-énergie de l'Univers et serait déterminante
pour son évolution.

Euclid observera des centaines de millions de galaxies dans une grande portion du ciel. Ceci permettra de mesurer les effets de l'énergie sombre, de la matière sombre et de la gravité sur la géométrie de l'Univers et de décrire l'évolution des structures cosmiques à grande échelle.

Spectrographe NISP

En mesurant les formes apparentes des galaxies et leur distribution dans l'Univers, les astronomes pourront déduire la nature de l'énergie sombre et vérifier si la théorie de la relativité générale est encore valable
à l'échelle de plusieurs milliards d'années-lumière.

Le satellite Euclid sera équipé d'une caméra à grand champ dans le visible (VIS) et d'un spectrographeimageur dans le proche infrarouge (NISP), tous les deux développés par le consortium Euclid. Ce dernier est composé de plus de 110 laboratoires et de 800 scientifiques en Europe, et placé sous la direction de Yannick Mellier de l'Institut d'Astrophysique de Paris (IAP).

Le consortium est aussi responsable du segment scientifique au sol, chargé de produire et d'analyser les données obtenues avec les instruments Euclid.

 
(...)
 

Pour lire la suite de ce document, cliquer ICI
 

Un exposé de Julie Michaud, Université de Genève (UNIGE) publié par swissengineering-stz.ch
 

Pour plus d'info (en anglais), cliquer ICI

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Julie Michaud

Source : swissengineering-stz.ch