La sécheresse serait responsable de la mort des dodos à l'île Maurice - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/04/2012 à 12h26 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La sécheresse serait responsable de la mort des dodos à l'île Maurice

 

Une sécheresse de plus d'un siècle à l'île Maurice il y a 4200 années pourrait être la responsable de la mort des dodos et des tortues géantes qui colonisaient l'île à l'époque, et qui se sont éteints mystérieusement.

Une sécheresse importante à l'île Maurice il y a 4200 ans a transformé l'une des rares sources d'eau douce de l'île en un piège boueux mortel pour les dodos, les tortues géantes et d'autres créatures de la faune et la flore sauvage, d'après ce que suggère une nouvelle étude.

Les excavations ont permis de rassembler les fossiles de petites créatures, y compris des insectes, des chauves-souris, et des escargots, ainsi que le pollen et les graines de plantes qui vivaient dans la région, donnant aux scientifiques un aperçu plus précis de l'écosystème du dodo.

L'île Maurice, une île dans le sud-ouest de l'Océan Indien à environ 870 kilomètres à l'est de Madagascar, est célèbre pour avoir été la terre du dodo, un oiseau incapable de voler, cousin des pigeons et des colombes, et dont le nom a souvent été associé à l'extinction des espèces.

Bien que les dodos aient disparu dans les années 1600, soit 80 ans après que les européens aient colonisé l'île, il n'existe que de rares descriptions de l'oiseau, et ces dernières sont souvent contradictoires, d'après Hanneke Meijer, une paléontologue pour le Museum National d'Histoire Naturelle de Washington D.C.

Depuis la fin du 19ème siècle jusqu'au milieu du 20ème siècle, plusieurs excavations dans l'île ont permis de découvrir des restes de dodo, mais à l'époque, on prélevait rarement des informations permettant de fournir des éléments d'explication du contexte écologique.

Depuis 2005, Hanneke Meijer et ses collègues ont effectué de nouvelles fouilles dans un ancien marécage baptisé la Mare aux Songes, l'un des sites où de nombreux restes de dodos ont été retrouvés.

Il y a des milliers d'années, la zone était un petit lac, une oasis d'eau douce dans un environnement sec, d'après Hanneke Meijer.

En plus de petits fossiles tels que du pollen, des graines, des insectes et des escargots, les récentes fouilles ont permis de révéler une couche riche de fossiles de chauves-souris, de dodos et de tortues géantes.

 

 

Etonnamment, les datations carbone révèlent qu'un grand nombre de ces fossiles de grandes créatures, et notamment ceux des dodos et des tortues, ont été accumulés pendant une période de 135 ans il y a environ 4235 ans, d'après ce qu'indiquent les chercheurs dans un rapport publié en mars.

Cette période correspond à une période de sécheresse qui a frappé d'autres régions dans le monde, dont l'Afrique et les Andes en Amérique du Sud. Les scientifiques ignoraient jusqu'à présent que cette sécheresse avait aussi frappé Maurice.

Plus des trois-quarts des os de dodos excavés, soit 235 os provenant de 17 individus, proviennent de leurs pieds et de leurs jambes. Cependant, Hanneke Meijer a déclaré que tous les os sont très bien préservés, ne montrant aucun signe d'exposition aux éléments ni de blessures par des prédateurs.

Si les dodos étaient morts de faim ou de soif, leurs carcasses auraient dû pourrir à ciel ouvert avant d'être recouvertes par des sédiments, les exposant à la décomposition et aux carnassiers.

La meilleure explication de la mort des dodos, d'après les scientifiques, est que ces oiseaux assoiffés ont essayé de traverser l'étendue de boue pour atteindre le lac réduit par la sécheresse et se sont fait prendre au piège dans la boue.

Alors que les parties hautes des dodos auront été exposées et donc sensibles à la décomposition ou aux carnassiers, leurs pates et leurs jambes, déjà ensevelies, auront pu être préservées intactes.

Les conclusions de l'équipe « semblent être assez raisonnables » d'après Kenneth Campbell, un paléontologue pour le Museum d'Histoire Naturelle de Los Angeles County.

« Je vois bien, ayant lutté moi-même pour m'extraire de la boue, comment un oiseau pourrait facilement être coincé ».

Dans une analyse précédente, une équipe de chercheurs estimait que le site de la Mare aux Songes, qui couvre une superficie de deux hectares environ, contenait les restes de 34 000 dodos et 300 000 tortues géantes qui sont morts pendant la période de sécheresse.

 

Un article de Sandra BESSON, publié par actualites-news-environnement.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Sandra BESSON

Source : www.actualites-news-environnement.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr