La révolte des masses ! - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/03/2011 à 20h10 par Mich.


LA RÉVOLTE DES MASSES !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La révolte des masses !

 

Peut-être serait-il temps de relire La Révolte des masses que José Ortega y Gasset publia en 1929 ? Dans cette oeuvre, l'Espagnol se fait le prophète inquiet de ces soulèvements populaires auxquels nous assistons justement dans le monde arabe - mais pas seulement, même si nos médias omettent de nous en parler - et qui n'en sont, de toute évidence, qu'à leurs premiers débuts.

Et avec une éventuelle contagion à d'autres parties de la planète ! Ainsi le Sénégal musulman sera certainement le premier en Afrique sub-saharienne à suivre l'exemple de ses frères du Nord.

Les protestataires ne tentent-ils pas de s'organiser en Chine au grand dam du Parti communiste qui est presque parvenu à faire le black out sur le séisme qui secoue l'orient arabe ?

Des révoltes qui en vérité ne se limitent pas au monde islamique même si elles prennent des formes plus discrètes, moins violentes, moins telluriques sous des dehors plus policés : considérons sous cet angle les frondes politiques des européens qui en Irlande et en Islande viennent de débarquer des gouvernements d'incapables et de vendus ; pensons également aux émeutes grecques, à la Belgique moribonde... et pourquoi pas demain, la France ?

Mais alors que les médias hexagonaux se gargarisaient du remaniement gouvernemental ce dimanche 27 février (une non-information pour la chaîne Euronews) et à faire une fixation compulsive sur la Lybie, les Français étaient soigneusement tenus dans l'ignorance que la colère gronde à présent de plus en plus fort et de plus en plus loin...

 

 

Sur l'Irak où l'on tire à vue sur les manifestants et surtout dans ces îlots de prospérité que sont le royaume de Bahreïn, le Sultanat d'Oman et maintenant l'Émirat du Qatar, siège de la chaîne internationale Al-Jezirah et surtout de la plus grande base opérationnelle des É-U dans la région hors d'Irak et face à l'Iran. 1

Là, dans ces pétro-monarchies aux architectures futuristes, il ne s'agit plus de la révolte de masses des jeunes de moins de vingt-cinq ans, sans avenir ni espoir, lesquels représentent en moyenne 48% des populations du Maghreb... cela dans un monde arabe à l'essor démographique sans frein : de 172 millions d'âmes en 1980, celui-ci a dépassée 330 millions en 2007 et devrait atteindre 385 millions en 2015 avec un taux moyen à 17% de sans emplois. 2

Les facteurs démographique et économique expliquent beaucoup de choses mais en effet n'expliquent pas tout. Cependant quel État, même doté d'une élite surdouée, parviendrait à suivre une démographie en expansion galopante et à créer des emplois en proportion ? Au contraire on voit les autorités algériennes toujours bien inspirées, importer massivement de la main d'oeuvre chinoise au détriment de ses propres nationaux !

Voyons également dans l'explosion des communications satellitaires, télévision, Toile, téléphonie portable et l'invasion des sous-produits de l'industrie du divertissement (cinéma et jeux vidéos), la diffusion d'une world culture permissive et consumériste suscitant et entretenant une prodigieuse frustration au sein de jeunesses désoeuvrées dont les rêves les plus simples, tel le mariage souvent, sont quasi irréalisables.

 

 

Une jeunesse éduquée ou non (et le rôle des chômeurs diplômés n'est pas ici négligeable) mais de mieux en mieux informée et par conséquent de plus en plus tendue vers une « modernité » aussi omniprésente qu'inaccessible.

Parce que ne nous leurrons pas, il ne s'agit pas a priori d'une révolution dirigée par un islam radical, qui existe bien entendu et qui se tient en embuscade, mais qui dans les circonstances actuelles a plutôt pris le train en marche. Parce que ces révoltes sont d'abord « sociétales », économiques et politiques voire géopolitiques si l'on tient compte de la question palestinienne, avant d'être religieuses.

S'ajoute à cela le rejet de classes dirigeantes dont l'unique souci est de se maintenir au pouvoir, d'en partager les fruits avec sa famille, son clan ou sa tribu et de le transmettre à leur héritier soit une hallucinante confusion d'intérêts existant entre fortunes personnelles et deniers publics, y compris dans les systèmes dits « parlementaires » comme au Yémen, en Tunisie, en Égypte et en Syrie !

Des dirigeants qui apparaissent finalement comme des usurpateurs. Pas seulement pour leur gestion « patrimoniale » de l'État mais aussi parce qu'ils se sont faits les « laquais de l'impérialisme » selon la vieille formule marxiste-léniniste.

 

 

Entendons par-là que tous les dirigeants, sans exception (l'Algérie à travers ses accords de coopération avec l'Otan ne fait pas exception), plus ou moins ouvertement, collaborent avec la désastreuse politique des É-U en Méditerranée Orientale et dans le monde musulman en général.

Politique américano-israélienne qui a conduit à éliminer l'un des seuls régimes laïques du monde arabe, le Baas irakien, le seul régime qui ait permis à ses communautés chrétiennes de s'épanouir comme jamais auparavant en terre d'Islam.

Les deux guerres du Golfe, l'Afghanistan avec en toile de fond le sort de la Palestine, les guerres et les massacres du Liban et de la Bande de Gaza, ont été autant d'humiliations et de plaies jamais refermées de l'âme arabe, guerres impies qui ont engendré un inapaisable ressentiment, autrement dit une inextinguible soif de revanche.

(...)

 

 


Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Notre Association défend les droits de l'Homme et de toutes les espèces vivantes. Elle est APOLITIQUE!

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Firenza/Le Post

Source : www.lepost.fr