La recherche met en lumière un taux de mutation rapide du génome des plantes - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/01/2010 à 14h17 par Tanka.


LA RECHERCHE MET EN LUMIÈRE UN TAUX DE MUTATION RAPIDE DU GÉNOME DES PLANTES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La recherche met en lumière un taux de mutation rapide du génome des plantes

Information recueillie par Tanka

De nouvelles recherches publiées dans le journal Science expliquent qu'une équipe de chercheurs a étudié toute la séquence du génome d'une plante sur 30 générations afin de comprendre la vitesse à laquelle des mutations génétiques se produisent chez les plantes. Leurs découvertes éclairent d'un nouveau jour la résistance que développent les plantes aux herbicides et pourraient contribuer aux efforts visant à mettre au point des plantes résistantes à la sécheresse, par exemple.

Ces recherches s'inscrivent dans le cadre du projet ARELATIVES («Leveraging the genome sequences of two Arabidopsis relatives for evolutionary and ecological genomics»), financé à hauteur de 2,2 millions d'euros par l'ERA-NET Plant Genomics (ERA-PG), subventionné par l'UE. L'ERA-PG rassemble des organes nationaux de financement de la recherche originaires de 17 pays et est soutenue par le sixième programme-cadre (6e PC).

«Alors que nous comprenons assez bien les effets à long terme des mutations du génome, nous ignorions à quelle fréquence se produisent de nouvelles mutations», explique le Dr Detlef Weigel, directeur à l'Institut Max Planck de biologie du développement en Allemagne, qui a dirigé les recherches avec ses collègues de l'université d'Indiana aux États-Unis.

Aujourd'hui, la comparaison des génomes de plantes et d'espèces animales est devenue une pratique scientifique courante, mais, dans ce cas-ci, l'équipe de recherche est allée plus loin en étudiant toutes les modifications génétiques survenues dans cinq variétés de la plante à fleurs Arabidopsis thaliana (plus connue sous le nom d'arabette des dames) sur 30 générations. Leur objectif était d'identifier les différences entre le génome des première et dernière génération.

Les recherches ont révélé que 20 composants de l'ADN (également appelés paires de base) avaient muté sur plusieurs années dans chacune des cinq variétés d'Arabidopsis. «La probabilité qu'une lettre du génome change sur une seule génération est donc d'environ 1 sur 140 millions», a expliqué le Professeur Michael Lynch de l'université d'Indiana.

Cela signifie en réalité que chaque plant d'Arabidopsis présente en moyenne une nouvelle mutation sur chacune des deux nouvelles copies du génome qu'il hérite de ses parents. L'identification de ses minuscules altérations s'est fait au prix d'un travail extrêmement minutieux de la part de l'équipe, qui a dû vérifier 30 fois les différentes lettres de chaque génome. Le Dr Weigel explique que «découvrir à quel endroit le génome avait muté n'a été possible que grâce à de nouvelles méthodes qui nous ont permis d'examiner le génome entier avec une grande précision et dans un délai très court».

Ces recherches ont montré à l'équipe à quel point les génomes sont changeants. Bien que le nombre de mutations dans les plantes Arabidopsis paraisse petit (sur un groupe de 60 millions de plantes Arabidopsis, chacune des lettres du génome ne change en moyenne qu'une fois), si l'on considère que la plante produit des milliers de graines sur une génération, la vitesse de mutation semble incroyable.

Les résultats des recherches vont maintenant permettre aux scientifiques de calculer avec plus de précision à quel moment les différentes espèces se divisent. Par exemple, l'A. thaliana et son plus proche parent l'Arabidopsis lyrata possèdent de nombreux traits différents, notamment au niveau de leur mode de vie et du type de fleurs qu'elles produisent. De précédentes recherches avaient laissé entendre que les espèces s'étaient divisées il y a 5 millions d'années, mais les nouvelles recherches montrent que cela remonterait probablement à 20 millions d'années.

Les résultats de la recherche vont avoir de nombreux effets positifs, en permettant notamment de comprendre pourquoi et comment dont les plantes deviennent résistantes aux herbicides. Les phytogénéticiens pourront également utiliser les mutations du génome pour augmenter le rendement des récoltes ou pour rendre les plantes résistantes à la sécheresse.

Selon l'équipe de recherche, la mutation du génome humain serait au moins aussi rapide que celle des plantes. Pour le Professeur Lynch, «si l'on applique ces découvertes aux humains, chaque individu affiche quelque chose comme 60 nouvelles mutations que ses parents ne présentaient pas. Avec plus de 6 milliards de personnes sur Terre, cela signifie qu'en moyenne, chaque lettre du génome humain est modifiée chez des dizaines de concitoyens. Tout ce qui est génétiquement possible est testé sur une très courte période.»

Source : cordis.europa.eu


Pour en savoir plus sur la situation planétaire