La prolifération de maladies exotiques inquiète des agriculteurs - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/12/2011 à 17h30 par Mich.


LA PROLIFÉRATION DE MALADIES EXOTIQUES INQUIÈTE DES AGRICULTEURS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La prolifération de maladies exotiques inquiète des agriculteurs

Chercheur étudiant un nid ouvert de frelons asiatiques prélevé dans un prunier. Devant un nid de 50 centimètres, qui peut contenir jusqu'à 1200 frelons et une reine, les agriculteurs se sentent démunis.

 

Des fraises, des raisins, des choux sont attaqués par de nouvelles variétés de plantes et d'insectes.

Le phénomène s'accélère, notamment sous l'effet de la mondialisation des échanges.

 

Son nom ne dira rien au grand public, mais les producteurs de fraises et de cerises la connaissent bien : voici la drosophila Suzukii, une petite mouche venue d'Asie, à la robe orangée bardée de bandes noires sur l'abdomen. Apparue en France il y a deux ans, elle a pris la fâcheuse habitude de pondre ses oeufs sur des fruits sains, arrivés à maturité. En se développant, les larves se nourrissent de la pulpe et rendent les fruits impropres à la consommation.

« En Corse et dans les Alpes-Maritimes, de nombreux cerisiers et fraisiers ont été décimés de cette façon », témoigne Olivier Le Gall, chef du département santé des plantes et environnement à l 'Inra.

L'arrivée de nombreux éléments étrangers

Les arboriculteurs du sud de la France ne sont pas les seuls à s'inquiéter de l'apparition d'espèces nouvelles de plantes, d'insectes et d'animaux exotiques. Les apiculteurs s'inquiètent aussi du développement du frelon asiatique, redoutable tueur d'abeilles. Les producteurs de kiwi redoutent la prolifération d'une bactériose, nommée Psa.

Les viticulteurs se méfient d'une coccinelle carnivore venue d'Asie. « Le programme européen Daisie a montré que la France avait reçu, entre 2000 et 2007, 19 espèces exotiques d'invertébrés par an, deux fois plus qu'entre 1950 et 1975 » , s'inquiète Olivier Le Gall.

En fait, ce type d'invasion biologique n'est pas nouveau. Pour ne citer que deux exemples célèbres, l'Irlande du XIXe siècle a subi les ravages du mildiou sur la pomme de terre et, vers 1860, les viticulteurs français ont dû lutter contre le phylloxera. Les dégâts provoqués par les maladies d'aujourd'hui sont – heureusement – sans comparaison avec les grandes épidémies du passé mais, pour Olivier Le Gall, il n'y a aucun doute : « La prolifération des maladies s'accélère. »

En cause, le développement des échanges mondiaux

Les causes de ces bouleversements sont connues : la mondialisation des échanges, qui favorise l'arrivée de plantes et d'insectes dans les soutes des avions et des bateaux, et le réchauffement climatique, qui provoque la remontée d'espèces subtropicales. « C'est le cas de la mouche blanche, précise Olivier Le Gall. Elle a traversé la Méditerranée et fait maintenant des dégâts sur les plants de tomates. »

Il arrive aussi que l'homme introduise volontairement ces espèces nouvelles, en pensant pouvoir les contrôler. La coccinelle asiatique, par exemple, a été importée au début des années 1980 pour remplacer les pesticides antipucerons.

Elle était censée ne pas résister aux froids hivers européens... mais après hybridation avec une espèce nord-américaine, elle est désormais implantée dans tout l'Hexagone, tapisse l'intérieur des maisons à l'automne, et commence à provoquer des dégâts dans les vignobles.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de SÉVERIN HUSSON, publié par la-croix.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : SÉVERIN HUSSON

Source : www.la-croix.com