La pollution aux PCB mieux cernée mais loin d'être réglée - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/04/2010 à 15h15 par Tanka.


LA POLLUTION AUX PCB MIEUX CERNÉE MAIS LOIN D'ÊTRE RÉGLÉE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La pollution aux PCB mieux cernée mais loin d'être réglée

La cartographie progresse et confirme les inquiétudes. Les entreprises sont davantage surveillées, mais les moyens techniques pour venir à bout de cette pollution restent inconnus

Après avoir réuni le quatrième comité de suivi et d'information sur les PCB, le préfet de région Jacques Gérault a présenté mardi le deuxième rapport d'étape du programme d'actions 2008-2010 du bassin Rhône-Méditerranée et les avancées depuis avril 2009.

La cartographie de la pollution avance et inquiète

Plus de 2 500 analyses ont été effectuées depuis 2005 et 261 sont encore attendues, pour évaluer la contamination aux PCB des sédiments et des poissons. La cartographie « confirme la contamination sur des secteurs à forte activité industrielle historique ». Les analyses menées sur les poissons montrent notamment une forte contamination des poissons « faiblement bioaccumulateurs » de PCB au confluent de la Saône et du Rhône et une forte contamination de poissons « faiblement bioaccumulateurs » de la Loire et de l'Isère. « Même dans nos plus mauvais rêves, on ne pensait pas que le linéaire de la pollution serait si important », commente Alain Chabrolle, vice-président de la Région chargé de l'environnement et de la santé (Europe Écologie) et ancien porte-parole de la Frapna, association qui a alerté sur la pollution aux PCB il y a des années.

L'air de certains sites est aussi pollué...

Les associations de surveillance de l'air ont réalisé en 2008 des mesures de concentrations de PCB dans l'air et les retombées atmosphériques sur une trentaine de sites des départements du Rhône et de l'Isère. Sur la plupart, les concentrations sont bien en dessous des recommandations de l'OMS mais elles se sont révélées très élevées sur le site de la plate-forme chimique de Pont-de-Claix, près de Grenoble (ancien site de production de PCB), et de Saint-Cyprien dans la Loire lors de l'incendie de déchets de bois.

... mais pas l'eau du robinet

Depuis la dernière réunion du comité le 30 avril 2009, « il n'y a pas eu d'évolution de la position de la communauté scientifique sur la possibilité que l'eau d'alimentation puisse être un vecteur de contamination », précise le rapport d'étape.

Et les analyses disponibles depuis cette date « n'ont révélé aucune pollution de l'eau distribuée, confirmant les résultats précédents ».

Des interdictions sur 45 cours d'eau

Actuellement, vingt et un départements du bassin ont un arrêté d'interdiction de consommations et de commercialisation portant sur certaines ou sur toutes les espèces de quarante-cinq cours d'eau (à voir sur : www.rhone-mediterranéee.eaufrance.fr). Pour le fleuve Rhône, l'interdiction portant sur toutes les espèces est limitée depuis un an à un secteur allant de Saint-Vulbas à Loyettes. La pêche sportive reste, elle, autorisée.

S. M.
« Trente ans qu'on discute, maintenant il faut agir »

Nicolas Goussef

Porte-parole de la fédération des pêcheurs de l'Ain

« Nous n'avons pas été informés de cette réunion en préfecture de Région. Si on oublie de nous inviter, comme souvent, c'est que tout va bien dans l'Ain !

Plus sérieusement, je ne pense pas que l'on retrouve encore beaucoup de sites pollués dans le département. On a pas mal quadrillé le terrain et identifié beaucoup de points de pollution. Il faudrait affiner sur Oyonnax, mais dans le reste du département, il n'y a pas d'industries lourdes.

Maintenant, quelles solutions ? Il faudrait déjà remettre plus de fonctionnaires pour contrôler les points de pollution. Et réactiver la collaboration entre la préfecture, Onéma et la fédération de pêche pour aller chercher les problèmes. Ça fait trois décennies qu'on discute. Maintenant il faut agir. Les problèmes récurrents, on les connaît. Entre les stations d'épuration, les entreprises, l'agriculture, le terrain est large pour déminer. Mais à un moment, il faut la volonté d'intervenir pour faire changer les habitudes.

Voir la vidéo

par M. D. - Source : leprogres.fr


Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire