La période 1971-2000 la plus chaude de ces 1400 dernières années - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/04/2013 à 14h30 par Fred.


LA PÉRIODE 1971-2000 LA PLUS CHAUDE DE CES 1400 DERNIÈRES ANNÉES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La période 1971-2000 la plus chaude de ces 1400 dernières années

 

La période 1971-2000 a probablement été la plus chaude de ces 1400 dernières années sur la terre ferme. C'est le constat d'une équipe internationale de chercheurs avec participation suisse, dont les travaux ont été publiés dimanche dans "Nature Geoscience".

Quelque 80 scientifiques du monde entier, sous l'égide du réseau "Past Global Changes" (PAGES), sis à l'Université de Berne, ont tenté de reconstruire et comparer l'évolution climatique de ces deux derniers millénaires sur sept continents (Antarctique, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Australie, Asie, Europe et Arctique).

Si les grandes tendances se sont manifestées globalement - un refroidissement jusqu'à la fin du 19e siècle suivi d'un réchauffement -, des variations ont été constatées entre les deux hémisphères. Le "petit âge glaciaire" est ainsi mondialement démontré, mais dans l'Arctique, en Europe et en Asie, il a commencé plusieurs décennies plus tôt (vers 1500) que dans les autres régions du globe.

Le réchauffement au 20 siècle est environ deux fois plus marqué dans l'hémisphère nord que dans l'hémisphère sud, constatent les chercheurs. Quant à la température moyenne globale, elle n'a vraisemblablement jamais été aussi élevée au cours des 1400 dernières années qu'entre 1971 et 2000.

Comparaison entre les continents

Ulf Büntgen et Raphael Neukom, de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt la neige et le paysage (WSL), ont également participé à ces travaux, reconstruisant l'évolution des températures à l'aide des cernes des arbres. D'autres chercheurs ont utilisé des données provenant de coraux, de sédiments, de stalagmites, de carottes glaciaires ou encore de documents historiques.

La particularité de l'étude est qu'elle couvre presque tous les continents et surtout qu'elle les compare, écrit le WSL dans un communiqué. Les chercheurs soulignent l'importance d'une meilleure compréhension des différences régionales.

 

Un article de sda-ats, publié par swissinfo.ch et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : sda-ats

Source : www.swissinfo.ch