L'inexprimable: A ce rythme d'enfer, pour repartir AUTREMENT, un bon rebootaGe de la Terre va de soi

La pauvreté touche 11 millions de Malgaches - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/09/2011 à 11h46 par geof.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La pauvreté touche 11 millions de Malgaches

 
L'augmentation du taux de pauvreté de plus de 7% a été validée par l'Institut national de la statistique, hier. Une large majorité est dans le dénuement total.

L'Institut national de la statistique (Instat) de Madagascar a dressé, hier, au Development Learning Center à Anosy, dans son raport final de l'enquête périodique auprès des ménages (EPM) 2010, un sombre bilan sur la réalité quotidienne des gens.

« 11 millions de personnes soit 56,5 % des Malgaches vivent dans l'extrême pauvreté. Ces personnes n'ont même pas la possibilité d'accéder au panier alimentaire minimal fournissant 2133 calories par jour » décrit le raport EPM 2010.

Les personnes se trouvant dans cette incapacité de satisfaire leur minimum de besoin fondamental pour survivre gagnent alors en moyenne moins de 900 ariary par jour soit « moins de 328 162 ariary par an » souligne l'EPM. Ainsi, elles ne sont même pas en mesure d'acheter un kilo de riz par jour.
 


 

Misère

Ce sont les ruraux qui sont les principales victimes de cette sous alimentation. « 62,1% des ruraux subissent cette extrême pauvreté contre 34,6% en milieu urbain » décrit toujours le raport.

Plusieurs causes ont été avancées afin d'expliquer cette situation catastrophique. « La majorité des ménages malgaches ont déclaré avoir subi un choc les 12 derniers mois précédant l'enquête. En allant en profondeur, on constate que les principaux problèmes sont liés au climat et à l'environnement, notamment la sècheresse, l'inondation et les cyclones » explique le raport.

Mais pour Holy Raveloharinirina, habitante à Antohomadinika, « le chômage après la fermeture de sociétés textiles de zone franche m'a poussée à devenir une lavandière. Et je ne mange plus que du café et des beignets de farine à midi pour acheter du riz à mes enfants le soir ».

L'inexistence d'une vraie politique de l'emploi pour avoir le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) tant en milieu rural qu'urbain sanctionne aussi les gens.

« Le sous-emploi lié à la durée du travail, moins de 35 heures par semaine contre leur gré, et la situation d'emplois inadéquats, salaire horaire inférieur au minimum admis, touchent plus 25% de la population et de 42% des actifs occupés » souligne l'EPM.

« L'importance du taux des sous-employés baisse ainsi à la fois la production et le revenu de la personne » a analysé Paul Gérard Ravelomanantsoa, directeur général de l'INSTAT.

 

Un article de Vonjy Radasimalala, publié par Lexpressmada

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Vonjy Radasimalala

Source : www.lexpressmada.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter geof
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.