La patate de Monsieur Barroso - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/03/2010 à 11h02 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La patate de Monsieur Barroso

Extrait d'un article "Wikipédia" sur la patate Amflora :

Amflora contient un gène marqueur de résistance (nptII), qui est connu comme un gène de résistance à un antibiotique médical, la kanamycine (Kanamycine qui contient de nombreux effets secondaires, voir le lien ci-avant).

.../...

En vertu de la règlementation européenne, la commercialisation de plantes génétiquement modifiées ne peut être autorisée que si elles ne comportent pas de gènes de résistance à des antibiotiques ayant une importance médicale.

La Commission européenne a donc décidé en mars 2007 de demander à l'Agence européenne des médicaments (EMEA) un avis consultatif sur les risques de résistance à la kanamycine .

Sur la base de cet avis, concluant entre autres que le transfert de la résistance des plantes transgéniques à des bactéries était hautement improbable, que le gène nptII était déjà largement répandu dans la nature et présent chez la plupart des bactéries intestinales et la résistance à la kanamycine omniprésente dans l'environnement, l'Agence européenne de sécurité alimentaire (EFSA) a confirmé en avril 2007[2] qu'Amflora est sûr pour l'alimentation humaine, animale et pour l'environnement.

(Le survol de la France par certains nuages radioactifs a aussi été qualifié de "hautement improbable"... On connait la suite.)

Article sur le site de l'Institut de veille sanitaire

Résistance aux anti-infectieux

La majorité des données de surveillance de la résistance aux anti-infectieux concerne la résistance aux antibiotiques.

Décrite depuis la découverte des premières molécules antibiotiques, au départ simple curiosité qui passionnait plus par ses mécanismes spécifiques que par ses capacités à se répandre, la résistance aux antibiotiques concerne aujourd'hui l'ensemble des bactéries pathogènes.

L'administration répétée d'antibiotiques chez l'homme ou l'animal crée une pression de sélection qui favorise l'acquisition et la dissémination de souches résistantes aux antibiotiques.

Pendant de nombreuses années, les progrès pharmaceutiques ont offert de nouvelles molécules pour répondre aux impasses thérapeutiques générées par l'apparition d'un mécanisme de résistance.

Aujourd'hui, les nouvelles molécules sont rares et la maîtrise de la résistance aux antibiotiques est devenue un enjeu majeur de santé publique.

Celle-ci passe par des mesures de prévention pour limiter la transmission des souches résistantes en circulation et une meilleure utilisation des antibiotiques pour réduire la pression de sélection.

La France connaît, depuis la fin des années 1970, une diffusion épidémique des staphylocoques dorés résistants à la méticilline (SARM) dans les établissements de santé.

En médecine de ville, un tiers des pneumocoques est aujourd'hui résistante à la pénicilline alors qu'ils étaient largement sensibles à cet antibiotique il y a 15 ans.

Ils nécessitent une antibiothérapie de plus en plus lourde, notamment pour la prise en charge des infections de l'oreille moyenne chez l'enfant.

A l'échelon mondial, le traitement des cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques représente un surcoût important et le paludisme chimiorésistant une cause notable de décès (1,5 à 2,7 millions de personnes dans le monde).

La mobilisation autour de la résistance aux antibiotiques est collective et le dispositif de surveillance actuel a bénéficié de l'appui de réseaux préexistants.

Ce dossier thématique contribue à diffuser plus largement les connaissances qu'ils produisent.

.../...

Source : Institut de veille sanitaire

Pour accéder à cet article, cliquer sur "Lien utile"

Info recueillie par Michel95

Ah ce tubercule, comment éviter qu'il nous en... empoisonne ?

L'Europe va faire du papier hygiénique avec la patate transgénique de BASF.
Ça tombe bien... vu où ils peuvent se le mettre...
Mais le milliard de gens qui crève de faim va-t-il devoir en bouffer?

Le point sur les OGM

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr