La nature est mal faite : pourquoi n'utilise-t-elle pas les mêmes armes que les humains ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/05/2018 à 08h23 par Fred.


LA NATURE EST MAL FAITE : POURQUOI N'UTILISE-T-ELLE PAS LES MÊMES ARMES QUE LES HUMAINS ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La nature est mal faite : pourquoi n'utilise-t-elle pas les mêmes armes que les humains ?

 

.Aider les lanceurs d'alerte

 

............

 

 

Titre initial :

Si la nature utilisait les mêmes armes que les humains

 

 

Ah ! Si les arbres étaient équipés de tronçonneuses, ce serait la race des bûcherons qui serait en voie de disparition.

 

 

Si les lapins pouvaient utiliser un fusil aussi petit qu'efficace, il y aurait beaucoup moins de chasseurs.

 

 

Si les insectes pouvaient muter suffisamment pour rigoler des insecticides et transmettre à coup sûr chikungunya ou Zika.

 

 

Si les végétaux émettaient des doses létales systémiques au lieu de subir un herbicide non sélectif comme le Roundup.

 

 

Si les requins se précipitaient pour croquer à pleines dents surfeurs et baigneurs, il n'y aurait plus de stations balnéaires.

 

 

Si les microbes étaient immunisés contre les antibiotiques, ils pourraient proliférer dans ses variantes pathogènes.

 

 

 

Si les loups pouvaient pratiquer le tir d'abattage pour réguler la population française, on aurait besoin de moins de moutons.

 

 

Si l'eau secrétait des toxines à la seule vue d'une présence humaine, il n'y aurait plus d'eau potable.

 

 

 

Si les autochtones d'Amérique avaient éliminés au fur et à mesure de leur arrivée les colonisateurs anglo-saxons, il y aurait encore beaucoup de bisons dans les vertes prairies.

 

 

 

Si la nature savait se défendre contre l'ingéniosité humaine, la Terre serait débarrassée de ce parasite destructeur qui aime par-dessus tout tuer et assassiner, enlever la vie des plantes et des animaux, des microbes et des insectes, la vie dans l'eau, dans les airs, et même la vie des humains.

 

 

Mais la nature est mal faite, elle a sélectionné un prédateur sans pitié qui sait éradiquer tout ce qui existe et se protéger contre presque toute les formes du vivant. Homo, plutôt demens que sapiens, a utilisé des armes de plus en plus sophistiquées pour arriver à ce résultat pitoyable : il se retrouve de plus en plus seul sans forêts primaires ni eau naturellement potable, au milieu de ses surfaces goudronnées et de ses immondices, acculé à retourner ses armes contre ses semblables pour s'accaparer les dernières ressources vitales.

 

 

 

Comme l'écrit Pierre Jouventin, « L'homme, cet animal raté » !

 

 

Commentaire de Michel C :

Si le texte que j'ai proposé en inspire certains (bacheliers, futurs bacheliers, ou autres) eh bien c'est déjà ça.

 

 

La prise de recul est une façon comme une autre de se consoler, de s'arranger, de faire avec, bref de fuir ... et ceci dans le simple but de vivre. La lucidité poussée à l'extrême est un aveuglement qui ne peut que nous conduire à la mort.

 

 

Personnellement je n'envie pas ceux qui, la nuit, rêvent de catastrophes et de fin du monde. La mort est notre lot à tous, à quoi bon être pressé ? Tant que nous sommes animés par cette force, qui reste un grand mystère (le désir de vivre), nous sommes bien obligés de nous arranger des aspects moches de la réalité. Et ce, de multiples façons. Soit en les faisant disparaître (or comment éliminer la misère, les guerres, la bêtise humaine ?) soit en les niant (le déni est un mécanisme de fuite, de défense), soit enfin en y trouvant un certain sens (mythe) , juste manière d'enjoliver ces horreurs.

 

 

En réfléchissant un peu on peut arriver à penser que le Monde (...) n'a justement aucun sens , bref que Tout Cela n'a aucun sens. Et comme l'absurde est a priori déconcertant, alors peut-être ne nous reste t-il plus qu'à le trouver amusant.

 


Pour la source, cliquer ICI

 

Un point de vue de Michel C, publié par biosphere.blog.lemonde.fr et relayé par Demain l'Homme ex SOS-planete


 

 

Fécondité et originalité du concept d' « Homo demens »

A méditer : Nous y sommes ! (au bord du gouffre) par Fred Vargas - L'atelier

 

 

Dossier de L'atelier : Au secours : la Terre tombe malade !

Petites conférences « Lumières pour enfants » - L'atelier

Le message prémonitoire des Indiens d'Amérique - L'atelier

 

Si tous les visiteurs réguliers
contribuent financièrement,
la vie de l'Association sera
pérennisée. Même pour 1€,
vous pouvez soutenir
Demain l'Homme. Merci

 

 

 

 

 



abonnés

 


 

 

 

 

 

....

 

Pages officielles sur les Réseaux Sociaux
 

............


Playlistes du youtubeur Cèdre, lanceur d'alerte de Demain l'Homme, ex SOS-planete
...

 

 

Tout va si vite ! Vous n'allez
pas en croire vos yeux ;o)

 

.....

 

 





Auteur : Michel C - biosphere.blog.lemonde.fr