La modification génétique végétale réserve des surprises - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/11/2011 à 12h37 par Tanka.


LA MODIFICATION GÉNÉTIQUE VÉGÉTALE RÉSERVE DES SURPRISES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La modification génétique végétale réserve des surprises

 
En septembre 2011, l'équipe du Pr. Zhang de l'Université chinoise de Nanjing publiait des travaux démontrant le pouvoir actif de certaines molécules de plantes (riz, chou...) chez des mammifères. Appartenant au groupe des molécules d'Acide Ribonucléique (ARN), ces molécules dites ARN micro ou ARNmi assurent notamment une fonction de régulateur dans les cellules et influent sur la synthèse des protéines.

Actif chez la souris, l'ARNmi MIR168a a ainsi la capacité d'inhiber l'expression de certaines protéines. D'après l'association Inf'OGM, relayant cette publication, ces « caractéristiques sont d'ores et déjà utilisées chez certaines plantes transgéniques (vigne OGM de Colmar ou haricot OGM en cours d'autorisation au Brésil) ou à la base de la nouvelle technique appelée Méthylation de l'ADN ».

Ces ARNmi peuvent être ingérées via l'alimentation, à l'instar de l'ARNmi MIR168a présent en grandes quantités dans le riz. Des ARNmi ont, par ailleurs, été retrouvées dans le lait, le sérum sanguin et les tissus de divers mammifères. D'après les scientifiques, celles-ci n'ont pu être détruites par la digestion. Ce n'est pas donc pas surprenant si une quarantaine d'ARNmi a été détectée dans le sang de plusieurs personnes.

Un constat peu rassurant alors qu'il est désormais acquis pour les scientifiques que des ARNmi végétaux, véhiculés par les aliments, peuvent « réguler l'expression de gènes cibles chez les mammifères ».
 

Un article de Cécile Cassier, publié par Univers-nature
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Cécile Cassier

Source : www.univers-nature.com