La Ministre de Conservation de Nouvelle-Zélande dit NON aux delphinariums ! - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/12/2010 à 19h18 par Tanka.


LA MINISTRE DE CONSERVATION DE NOUVELLE-ZÉLANDE DIT NON AUX DELPHINARIUMS !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La Ministre de Conservation de Nouvelle-Zélande dit NON aux delphinariums !

Dans un courrier officiel portant sur la problématique des delphinariums en Nouvelle-Zélande, Kate Wilkinson du Ministère de Conservation déclara que « le gouvernement néo-zélandais ne soutenait pas le maintien de cétacés en captivité et était favorable a que cette décision soit appliquée dans le cadre du Marine Mamma Protection Act (MMPA) ». Elle ajouta que « les baleines et dauphins ne devraient pas être importés ou reproduits en captivité en Nouvelle-Zélande, ni exportés ou maintenus en captivité, sauf si ce recours était essentiel aux politiques de conservation des espèces. »

Ainsi, la ministre envisageait une modification du MMPA et que l'abolition du maintien de cétacés en captivité pour leur exhibition au public serait considéré dans le cadre d'une révision législative. »

Le groupe SAFE avait sollicité l'avis du Ministère suite à la mort du dernier dauphin captif sur le territoire, un dauphin commun (Delphinus delphis), du Marineland New Zealand à Napier. La femelle de 38 ans, baptisée Kelly, fut le dernier dauphin du delphinarium. Elle périt en septembre 2008 après plus de 30 années en captivité.

Cette espèce océanique survit rarement plus que quelques mois ou années en captivité. La femelle léthargique avait pour unique activité de faire sonner une petite cloche placée au dessus de son bassin. Les visiteurs étaient autorisés à entrer dans son bassin pour un tarif supplémentaire, mais sans qu'elle y porte beaucoup d'intérêt.

Avant Kelly, 70 dauphins avaient péri dans les bassins du Marineland New Zealand. L'organisation SAFE dénonce depuis plusieurs années les conditions de vie inadéquates des cétacés en captivité et rappelle que de nombreux pays, comme le Chili, le Costa Rica ou la Croatie, ont des législations qui ont aboli la capture, l'importation, l'exportation ou le maintien en captivité de dauphins sur leurs territoires. « Ajouter la Nouvelle-Zélande à cette la liste croissante contribuera à renforcer l'opposition public et politique internationale à ces pratiques cruelles. »

Le porte-parole de SAFE rappelle que « le maintien des dauphins en captivité est inhumain et cruel » et « qu'un bassin, aussi spacieux et joli, soit-il, restera toujours un environnement confiné qui ne peut en aucun cas substituer le vaste océan, dans lequel les mammifères évoluent naturellement et qui est vital à leur besoins sociaux et leur comportement complexe. » Il ajouta que « le maintien de ces merveilleux animaux en captivité appartient à une époque où peu d'importance était donnée au bien-être ou à la souffrance animale pour le divertissement humain.

Ces jours sombres sont derrière nous depuis longtemps et il est temps de mettre un terme au cycle de cruauté en ne condamnant plus aucun dauphin à passer une vie misérable en captivité. »

Avec cette position, la Nouvelle-Zélande réaffirme son souci de conservation des cétacés et l'exploitation éthique de ces mammifères via le whale-watching durable; l'observation respectueuse des cétacés sauvages dans leur milieu. La Nouvelle-Zélande est l'une des destinations au monde les plus recherchées pour cette activité.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : safe.org.nz

Source : safe.org.nz