La meilleure façon de taxer les aliments riches en sucre - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/12/2011 à 15h27 par Kannie.


LA MEILLEURE FAÇON DE TAXER LES ALIMENTS RICHES EN SUCRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La meilleure façon de taxer les aliments riches en sucre

 

Pour lutter contre l'obésité, deux économistes américains de l'Université de l'État d'Iowa proposent de taxer les sucres ajoutés lors du processus de fabrication plutôt que les aliments et boissons vendus chez les détaillants.

Comment rendre efficace la «taxe sur le péché» (de gourmandise) ? Alors qu'aux États-Unis, le débat fait rage autour du projet d'instaurer ou non une taxe nationale sur les aliments riches en sucre, afin de lutter contre l'épidémie de surpoids et de diabète qui sévit outre-Atlantique, des économistes de l'Université de l'État d'Iowa viennent de faire une proposition intéressante.

Plutôt que de taxer les aliments en vente chez les détaillants - une méthode qu'ils jugent inefficace et perturbante pour les consommateurs - Helen Jensen et John Beghin estiment qu'il serait préférable d'agir en amont en taxant les industriels de l'alimentation sur les sucres ajoutés lors du process de fabrication. Une proposition qui, on s'en doute, va ravir les puissants fabricants américains de soda, crèmes glacées, bonbons et autres confiseries...

«Nous ne sommes pas entrain de dire 'voilà ce qu'il faut faire pour résoudre le problème de l'obésité'», explique John Beghin qui se défend de militer pour ou contre l'instauration d'une taxe. «Mais étant donné qu'il existe une panoplie d'instruments de taxation, y compris la possibilité d'une taxe sur les sodas, nous disons : y a-t-il un moyen d'utiliser cette idée au mieux ?»

Une façon de motiver les industriels

L'étude qu'il publie avec sa collègue Helen Jensen dans la revue Contemporary Economic Policy montre que si le but d'une taxe sur les édulcorants est de réduire la quantité de calories consommées par la population, le législateur devrait taxer le sucre ou les agents sucrants ajoutés plutôt que le produit final. Selon eux, une telle mesure obligerait les industriels de l'alimentation à réduire significativement les quantités de saccharose (canne à sucre, betterave sucrière) ou d'isoglucose de maïs incorporées.

Les fabricants pourraient également être incités à utiliser des édulcorants de synthèse moins taxés (car moins calorigènes) que les produits sucrants traditionnels beaucoup plus riches sur le plan nutritif.

Autre avantage : ce mode d'imposition provoquerait une hausse des prix à la consommation bien moindre que si la taxe s'appliquait au produit fini sur l'étal de l'épicier ou dans les rayons des supermarchés, tout en réduisant plus sûrement la quantité de sucre et donc de calories ingérées par le consommateur. Ce qui est tout de même le but final de l'opération.

Surtout, une taxe sur les produits finis pénaliserait d'avantage les catégories les moins favorisées, plus portées sur la consommation d'aliments et de boissons sucrés que les catégories supérieures.

Autre aspect important de cette étude : «Nous avons passé beaucoup de temps à constituer une base de données provenant de sources gouvernementales et privées sur les ajouts de sucre dans l'alimentation, explique Helen Jensen. Vous seriez étonnés de voir les quantités de sucres utilisées par l'industrie alimentaire.»

 

Un article de Marc Mennessier, publié par lefigaro.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Marc Mennessier

Source : sante.lefigaro.fr