La Méditerranée menacée par 250 milliards de micro-fragments de plastiques - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/01/2011 à 18h42 par Tanka.


LA MÉDITERRANÉE MENACÉE PAR 250 MILLIARDS DE MICRO-FRAGMENTS DE PLASTIQUES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn

En juillet dernier, l'expédition MED (Méditerranée en danger) constituée d'un collectif de scientifiques européens et d'environnementalistes bénévoles ont réalisé une série de prélèvements de micro-plastiques dans la Méditerranée, au sud de la France, le nord de la Corse, de l'Italie et de l'Espagne, pour évaluer et comprendre cette pollution quasi invisible, qui ravage la biodiversité.

Des endroits qu'ils visiteront de nouveau cette année avant d'aller explorer les côtes adriatiques en 2012 et proche-orientales en 2013. Décryptage des enjeux avec Bruno Dumontet, le chef de l'expédition.

Novethic.Pourquoi avoir lancé cette expédition sur les micro-fragments de plastique en Méditerranée ?

Bruno Dumontet. Avec plusieurs scientifiques, nous avions l'intuition que la Méditerranée pouvait abriter le même genre de phénomène qui a déjà été observé dans le Pacifique nord, avec le 7ème continent de déchets.

La Mer méditerranée est en effet l'une des plus polluées du monde mais il n'y avait pourtant aucune étude réalisée sur le sujet ! Or les premiers résultats que nous avons recueillis lors de notre première expédition cet été au large des côtes françaises, italiennes et espagnoles, sont alarmants. Rien qu'à partir des échantillons prélevés sur le neuston, c'est-à-dire la couche supérieure de l'eau (10 à 15 cm), et qui révèlent la présence de micro-fragments sur 90% d'entre eux, nos extrapolations montrent qu'il y aurait environ 250 milliards de micro-fragments de plastiques dans la Méditerranée, soit près de 500 tonnes (2)! Et c'est une fourchette plutôt basse ! Vous imaginez la quantité que cela peut représenter si l'on prend la totalité de la colonne d'eau ?

Le plastique est aujourd'hui l'un des plus grands fléaux des mers et océans.

A-t-on déjà des idées sur l'origine de ces micro-fragments ?

Ces fragments sont quasi invisibles : ils mesurent de 5 mm à 1cm tout au plus, donc nous sommes en train de les faire analyser par des laboratoires, notamment pour déterminer le type de plasturgie dont ils sont composés.

Mais nous avons déjà de fortes présomptions sur le fait qu'il s'agisse, entre autres, de déchets de sacs plastiques et de polystyrène. A priori, ces fragments viennent pour l'essentiel des terres et sont acheminés vers la mer par les fleuves ou par le vent. Une petite partie est larguée par les bateaux de pêche, de tourisme ou de plaisance. Tous ces fragments se déplacent continuellement en fonction des courants, nous avons donc mis en place des balises Argos sur certains d'entre eux pour étudier leurs mouvements. Mais nous en sauront plus d'ici la fin de l'expédition.

Quels sont les effets sur la faune et la flore aquatique ?

Il y a plusieurs « dommages collatéraux ». D'abord, les oiseaux de mer, tortues ou autres mammifères qui les avalent s'obstruent l'estomac et finissent par mourir. Ensuite, nous avons également remarqué que des micro-organismes se fixent sur ces bouts de plastiques, ce qui favorise le développement d'espèces invasives.

Nous allons aussi analyser l'impact que ces micro-fragments peuvent avoir dans la chaîne alimentaire. En effet, les mycthophidés, ces petits poissons des abysses qui remontent chaque nuit à la surface de l'eau pour se nourrir de planctons, ont tendance à confondre leur nourriture et ces morceaux de plastiques, qui concentrent des polluants chimiques.

Or ces petits poissons sont la proie favorite des thons, dauphins, et autres. En s'intégrant ainsi dans la chaîne alimentaire, il existe un risque que ces micro-plastiques se retrouvent dans nos assiettes !

Existe-t-il des traitements pour combattre cette pollution ?

Pour les fragments existants, c'est malheureusement trop tard car il n'existe aucun micro-organisme capable de dégrader complètement le plastique – et même transformés en poudre, ils sont ingérables par le plancton- et l'on ne peut pas filtrer complètement la Méditerranée : il faut 100 ans pour que ses eaux se régénèrent totalement...Le danger est donc que la Méditerranée se transforme en mer morte !

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur « Source ».

Devenez lanceur d'alertes

Combat pacifique pour la Vie





Auteur : Propos recueillis par Béatrice Héraud

Source : www.novethic.fr