« La médecine intégrative est la solution d'avenir » - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/12/2009 à 21h41 par Jacques.


« LA MÉDECINE INTÉGRATIVE EST LA SOLUTION D'AVENIR »

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
« La médecine intégrative est la solution d'avenir »

Info sélectionnée par Jacques

Lors d'une conférence de presse, les sénateurs Rolf Büttiker et Simonetta Sommaruga ont présenté les arguments en faveurs des médecines alternatives. (Keystone) En combinant médecine alternative et médecine classique, on obtiendrait des thérapies complètes, plus efficaces et moins coûteuses. C'est l'avis du comité « Pour la prise en compte des médecines complémentaires » en campagne en vue des votations du 17 mai.

L'objectif de l'article constitutionnel soumis au verdict populaire n'est pas d'opposer la médecine conventionnelle aux médecines alternatives. Au contraire, il s'agit de renforcer la coopération entre les diverses écoles en valorisant leur complémentarité, explique le sénateur radical (PRD / droite) Rolf Büttiker, promoteur du texte adopté par le Parlement.

« Ces deux systèmes différents ont leurs points forts et leurs faiblesses, ajoute-il. En utilisant les points forts des deux, on augmente le taux de succès des traitements. »

« La médecine intégrative est la solution d'avenir »

Ne pas rater le train

Pour Bruno Ferroni, médecin généraliste et homéopathe, il s'agit aussi d'une combinaison gagnante. « La médecine intégrative est la solution de l'avenir, car elle tient compte du dossier clinique complet de chaque individu », déclare-il.

« C'est la raison pour laquelle la Suisse, réputée pour sa médecine hautement spécialisée, ne peut pas être en retard dans ce domaine », poursuit Bruno Ferroni. Cette combinaison gagnante devrait être davantage promue et ce dans l'intérêt de la santé. C'est pourquoi, pour les partisans des médecines complémentaires, celles-ci doivent être accessibles à tous.

Par ailleurs, il est nécessaire de garantir la formation et la recherche au niveau universitaire. Aujourd'hui, la Suisse compte 250 chaires de médecine classique, mais pas une seule pour les médecines complémentaires, se lamente Bruno Ferroni. Or pour les partisans de ces médecines, il faudrait au moins onze chaires.

Réintégrer cinq médecines

Ancrer dans la Constitution fédérale l'obligation de prendre en compte les médecines complémentaires ne signifie pas ouvrir grand la porte à toute une série de traitements alternatifs pratiqués par des thérapeutes sans diplôme de médecine, soulignent les défenseurs du nouvel article constitutionnel, répliquant ainsi indirectement aux craintes exprimées par les adversaires.

Selon la sénatrice socialiste Simonetta Sommaruga, les débats parlementaires ne laissent aucun doute sur le fait qu'il s'agit uniquement de réintégrer les cinq médecines alternatives que le ministre de la Santé Pascal Couchepin a biffées du catalogue des prestations de l'assurance maladie de base en 2005 : l'homéopathie, la phytothérapie, la thérapie neurale, la médecine traditionnelle chinoise et la médecine anthroposophique.

En effet, ces cinq médecines alternatives satisfont aux trois critères fixés par la loi pour le remboursement de l'assurance maladie de base, c'est-à-dire l'efficacité, l'économicité et l'adéquation des traitements, affirme Simonetta Sommaruga.

Le programme pour l'évaluation scientifique exécuté sur mandat de la Confédération est arrivé à d'autres conclusions, parce qu'il s'est basé exclusivement sur les critères de la médecine classique, argumente la sénatrice. Or ceci est contraire à un arrêt du Tribunal fédéral de 1997 selon lequel l'examen de l'efficacité ne peut pas être limité à une optique scientifique ou de médecine classique.

Réintégrer ces cinq médecines dans le catalogue des prestations remboursées par l'assurance maladie de base est un acte de « justice sociale », estime pour sa part Bruno Ferroni. Sur la base de son expérience, le médecin a en effet calculé que depuis que ces cinq médecines ont été biffées du catalogue, environ un cinquième des patients a dû y renoncer par manque de moyens financiers. Il s'agit de personnes âgées ou de personnes atteintes par des maladies chroniques ou congénitales.

Gouvernement contre Parlement ?

Les défenseurs des médecines complémentaires déplorent par ailleurs la position hostile du gouvernement. Rolf Büttiker reproche en particulier à l'exécutif de ne pas informer correctement sur l'objet soumis au vote et un manque de respect par rapport à la volonté du Parlement. L'article constitutionnel a été soutenu par « pratiquement 80% des parlementaires : il jouit donc d'un solide soutien dans les différents partis », rappelle le sénateur radical.

Dans ses explications au public, le gouvernement écrit que l'article fixe un principe général sans toutefois en préciser les modalités et qu'en cas d'acceptation le 17 mai, il faudra donc légiférer sur les mesures permettant de mieux intégrer la médecine complémentaire au système de santé. « Or c'est faux », dénonce Rolf Büttiker.

Pour lire la suite cliquez sur "lien utile"

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........