La maltraitance sur les animaux a bondi de 17 % - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/03/2012 à 12h17 par Tanka.


LA MALTRAITANCE SUR LES ANIMAUX A BONDI DE 17 %

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La maltraitance sur les animaux a bondi de 17 %

 
Les dénonciations pour maltraitance et autres infractions en matière de protection des animaux ont augmenté d'environ 17% l'an dernier. Le tout frais rapport d'activité 2011 des Affaires vétérinaires (AV) évoque notamment de nombreux abandons d'animaux, «ceux-ci étant souvent laissés dans des situations abominables, parfois fatales».

Quelque 253 cas de maltraitance ont ainsi été signalés au Service du vétérinaire cantonal, contre 217 en 2010. Sur les 189 vérifications officielles faites sur place, l'auteur de l'infraction est resté inconnu à 25 reprises. Lors des séquestres, bien souvent nécessaires (dont 33 définitifs), il a fallu recourir 42 fois à la force publique (contre 14 fois en 2010).

Au niveau administratif, 22 propriétaires ont été frappés d'une interdiction de détention partielle ou totale, et 25 ont fait l'objet de poursuites pénales. De plus, 437 rapports de contravention ont été transmis pour des infractions diverses, équivalant à un montant total de 99 950 francs (69 700 francs en 2010).

«Dans de nombreux cas, le bien-être et la dignité auxquels tout animal a droit, selon la loi, ont été gravement négligés», constate le vétérinaire cantonal, Grégoire Seitert. Vingt d'entre eux étant même considérés comme de la maltraitance intentionnelle (coups, blessures, empoisonnements, mises à mort cruelles, etc.).

Le nombre de nuitées en fourrière a aussi considérablement augmenté en 2011 : 3991 contre 3024 l'année précédente. Cela représente plus concrètement 3391 nuitées pour des animaux gardés sous séquestre, 463 pour des chiens divagants et 137 pour des canidés de personnes hospitalisées, incarcérées, décédées ou expulsées. Au total, 413 animaux, dont 340 chiens, mais aussi de nombreux chats et lapins, ont été pris en charge par la fourrière cantonale, sise à Collex-Bossy.

Dans ce riche rapport des AV, on apprend encore le décès d'un cheval, suite à une tuberculose. «On n'avait plus vu cela depuis des dizaines d'années; en général, cette maladie touche les humains et les ruminants», commente Grégoire Seitert. L'enquête épidémiologique n'a pas permis de trouver la source de l'infection.

Une mortalité accrue des pigeons de ville a également été observée, au début de 2011, en plusieurs lieux du canton. «Mille couples sont morts, informe le vétérinaire cantonal. Quand il fait froid et que les pigeons se concentrent là où on leur donne de la nourriture, un virus peut faire beaucoup de casse.» Cette épizootie, due à une infection virale par le Pigeon Paramyxovirus 1, s'est éteinte d'elle-même.

Enfin, on a observé (pour la première fois depuis longtemps) une augmentation du nombre d'apiculteurs (152 contre 139 en 2010), de ruchers (220/205) et de colonies d'abeilles (1365/1103).
 

Un article de TDG
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : TDG

Source : www.tdg.ch