La Lune recèle d'énormes quantités d'eau - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 17/06/2010 à 19h49 par Frederic.


LA LUNE RECÈLE D'ÉNORMES QUANTITÉS D'EAU

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La Lune recèle d'énormes quantités d'eau

Des chercheurs viennent d'en administrer la preuve en analysant des roches lunaires.

Cette fois, le doute n'est plus permis.

La Lune, que l'on prenait il n'y a encore pas si longtemps pour un astre aride et désolé, renferme en fait de l'eau. Beaucoup d'eau.

Dans le dernier numéro de la revue scientifique américaine «Proceedings of the National Academy of Sciences» (Pnas), des scientifiques américains révèlent que notre satellite en contient au moins 100 fois plus que ce que prévoyaient les précédentes estimations.

L'an dernier, la mission de la Nasa LCROSS (Lunar Crater Observation and Sensing Satellite) avait déjà montré que le pôle Sud lunaire recélait de grandes quantités de glace.

Pour cela, l'agence spatiale américaine avait fait s'écraser le deuxième étage d'une fusée Atlas 5 lancé à la vitesse de 9 000 km/h à l'intérieur du cratère Cabeus, une zone où l'ensoleillement est nul et les températures proches de - 250 °C.

Océan de magma

En analysant le panache de poussière provoqué par l'impact, la sonde LCROSS a détecté des molécules d'eau qui n'avaient pas vu la lumière du soleil depuis des milliards d'années.

Cette eau congelée provenait en effet de la «pluie» de comètes qui s'est abattue sur les planètes du système solaire peu de temps après sa naissance.

Cette fois, une équipe de chercheurs américains et japonais, dirigée par Francis McCubbin, de la Carnegie Institution for Science, à Washington DC, vient de montrer que l'eau est également abondante, voire «omniprésente», dans le sous-sol de notre satellite.

«Si vous preniez toute l'eau qui se trouve à l'intérieur des roches lunaires et que vous la mettiez en surface, la Lune serait entièrement inondée sur un mètre de hauteur», explique le chercheur.

Les scientifiques en sont arrivés à cette conclusion surprenante en analysant les grains d'apatite contenus dans deux échantillons de roches lunaires ramenés sur Terre par les missions Apollo ainsi que dans une météorite lunaire retrouvée en Afrique du Nord.

Ce minéral, qui est aussi un composant majeur des os et de l'émail de nos dents, peut receler de grandes quantités d'hydroxyl (radical formé d'un atome d'hydrogène et d'un atome d'oxygène), s'il se forme à partir d'un magma très riche en eau.

Or l'équipe de McCubbin a trouvé beaucoup d'hydroxyl dans ses échantillons de roche et en a déduit la quantité -énorme- d'eau contenue dans le magma lunaire.

D'où vient-elle? Les chercheurs expliquent que la Lune s'est probablement formée il y a 4,5 milliards d'années lorsque la Terre a été violemment percutée par un corps céleste de la taille de Mars.

L'impact, d'une violence inouïe, a éjecté une masse énorme de débris fondus qui, en refroidissant, a formé l'unique satellite naturel de notre planète.

La Lune a donc abrité pendant longtemps un océan de magma riche en eau, dont une partie s'est évaporée, l'autre restant à jamais prisonnière des roches lunaires.

Quand la mer couvrait un tiers de Mars

Selon une étude publiée dans Nature Geoscience, 36% de la surface de Mars était probablement sous l'eau il y a 3,5 milliards d'années.

En analysant les observations satellitaires (Nasa, ESA) relatives aux deltas et aux bassins hydrographiques de 52 anciens fleuves martiens, Gaetano Di Achille et Bryan Hynek, de l'université du Colorado (États-Unis), estiment que cet océan contenait 124 millions de km3 d'eau.

C'est comme si toute la surface de la planète rouge avait été noyée sous 550 mètres d'eau, à l'époque où apparaissaient les premières formes de vie unicellulaire au sein des océans sur Terre.

«Si la vie a vraiment existé sur Mars, les deltas pourraient être la clé permettant de dévoiler son passé biologique», souligne M. Di Achille.

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Auteur : Marc Mennessier

Source : www.lefigaro.fr