La LPO lance une enquête afin de mieux protéger l'hirondelle - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/06/2012 à 15h54 par Tanka.


LA LPO LANCE UNE ENQUÊTE AFIN DE MIEUX PROTÉGER L'HIRONDELLE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La LPO lance une enquête afin de mieux protéger l'hirondelle

 
L'association invite les Icaunais à participer au recensement des nids d'hirondelles, de moins en moins nombreuses à venir se reproduire en France.

Si le printemps a tardé à s'installer, la présence des hirondelles annonce depuis un moment déjà le retour des beaux jours. « Le gros des troupes arrive en avril, après avoir parcouru 5.000 à 7.000 km depuis l'Afrique subsaharienne, où elles repartiront dès la fin de l'été », indique Patrice Meunier, administrateur de la LPO de l'Yonne.

Bien que protégées, les populations d'hirondelles déclinent pourtant dangereusement. À l'instar de nombreux autres oiseaux qui se reproduisent en France (un quart des quelque 300 oiseaux nicheurs sont menacés à des degrés divers). Espèces les plus communes dans l'Yonne comme ailleurs, les hirondelles de fenêtre et rustiques ont ainsi vu leur population respective baisser de 41 et 12% depuis 1989 (source : musée national d'histoire naturelle).

« Les pesticides éliminent les insectes volants dont elles se nourrissent »

« Elles sont de moins en moins bien supportées à cause des salissures qu'elles provoquent sur les bâtiments », souligne Patrice Meunier, rappelant qu'il existe des solutions simples pour éviter les nuisances, telles que la pose de planches anti-fientes ou de nichoirs. Délibérée ou occasionnée lors de travaux de rénovation, la destruction des nids d'hirondelles - passible d'amende et/ou de peine d'emprisonnement - n'est pourtant qu'une cause de ce déclin.

« Les modes de construction ont changé, y compris dans les bâtiments agricoles où les toits en tôle conviennent moins aux hirondelles rustiques, qui construisent leur nid dans les grandes, les écuries, les hangars...

Et puis il y a aussi la transformation des paysages et les changements de pratiques agricoles », relève l'administrateur de la LPO. En cause notamment, « la disparition des haies et des zones humides », à la fois haltes migratoires et sources de nourriture et de matériaux de construction des nids. Ou encore « les pesticides qui éliminent les insectes volants dont se nourrissent les hirondelles ».

Autant de menaces pour les ambassadrices du printemps, que la LPO souhaite mieux protéger en lançant une enquête nationale appelée à se poursuivre en 2013. Objectifs, « sensibiliser le grand public et créer un observatoire avec des correspondants locaux qui suivront l'évolution des populations ».

À l'heure où les hirondelles vont donner naissance à leurs petits, la LPO de l'Yonne invite le grand public, partout dans le département, à recenser les nids d'hirondelles de fenêtre, reconnaissables à leur ventre et leur croupion blanc. Les nids occupés uniquement.

« Il suffit de relever la date, le lieu et le nombre de nids, d'ici la mi-juillet de préférence même si les comptages peuvent se poursuivre jusqu'à mi-août. »

Parallèlement, à Appoigny, Joigny, Saint-Florentin, Toucy et Vézelay, des correspondants locaux de la LPO vont inventorier les nids d'hirondelles de fenêtre et rustiques, ces dernières se distinguant par leur queue à longs filets et leur gorge rouge.

Appoigny, Joigny, Saint-Florentin, Toucy et Vézelay passées à la loupe

« On a choisi ces communes en fonction de nos relais car l'enquête a été lancée tardivement, mais on sait qu'il y a là des colonies. En 2013, on en retiendra cinq autres. Les maires concernés ont été prévenus et doivent informer les habitants de notre passage. Si des gens veulent nous aider à ce recensement, ils sont les bienvenus », précise Patrice Meunier, correspondant de la LPO à Appoigny.

Dernier volet de l'enquête, confié à des ornithologues confirmés, le recensement des colonies d'hirondelles de rivage. Moins répandue, cette espèce - qui fréquente les zones humides naturelles ou artificielles - reste néanmoins présente dans l'Yonne (le long de l'Armançon par exemple), où la LPO a répertorié 152 espèces nicheuses.

Pratique. LPO de l'Yonne, 19, rue de la Tour d'Auvergne, 89 000 Auxerre, 03.86.48.31.94. Sites : http://lpo.yonne.free.fr Les participants à l'enquête peuvent adresser leur données via le site www.enquete-hirondelles.fr ou par courrier à la LPO de l'Yonne.
 

Un article de Christophe Pacalet, publié par Lyonne
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Christophe Pacalet

Source : www.lyonne.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • LPO - 
  • hirondelles