La guerre de l'eau aux portes de la RDC. - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/04/2010 à 10h54 par Jacques.


LA GUERRE DE L'EAU AUX PORTES DE LA RDC.

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La guerre de l'eau aux portes de la RDC.

Les pays du Bassin du Nil, du Congo et de l'Amazonie sont très sollicités depuis le sommet de Copenhague. La raison est simple. Bientôt, de nombreux pays vont manquer de l'eau. Ou ils n'en auront pas assez pour autant que dans certains cas, la demande dépassera l'offre, à la suite de nouvelles habitudes consécutives à la modernisation, à la mondialisation à la suite d'entrer dans la cour des grands des pays émergents, à l'image de la Chine, du Brésil, de l'Inde... Les grandes puissances sont déjà en route pour la conquête de « nouveaux espaces d'eau ». De gré ou de force. La République démocratique du Congo est dans leur collimateur.

Le monde a célébré hier lundi 22 mars la « Journée Mondiale de l'eau ». En de pareilles circonstances, plusieurs cérémonies ont été organisées pour souligner l'importance de cette ressource nécessaire et indispensable dans la vie des Nations et des Hommes, au regard bien sûr de ses nombreuses fonctions.

Outre que l'Eau est une des voies importantes de Communication, du transport, de l'énergie, elle est essentielle dans la vie pour la santé de l' homme et sa survie. Ne dit-on pas que l'eau c'est la Vie. La vie des hommes, la vie des Nations, la vie de tout être vivant (animal, arbre).

Mais quittons un peu ce monde protocolaire pour s'appesantir sur ce qui pourrait demain être un conflit mondial. Il s'agit de l'EAU, pour le souligner. Au regard de ses nombreuses fonctions, l'eau est devenue, par ces temps qui courent, le centre de tous les enjeux. De par sa fonction économique, l'Eau est source de nombreux conflits politiques et armés. Le plus important de ces deux derniers siècles, les 20 et 21ème siècles, est celui qui se déroule actuellement au Proche Orient et qui n'en finit toujours pas.

En effet, Palestiniens et Israéliens ne se disputent pas seulement la terre où sont situés et érigés des lieux saints. Mais le contrôle des eaux du fleuve Jourdain. Israël ayant réussi à contrôler une bonne partie des eaux de ce fleuve, a rendu ses terres fertiles pendant que les palestiniens et Arabes se contentent des « terres pauvres ». D'où la cause principale de ces guerres de religions qui comme dans l'ancien et nouveau testament peuvent encore durer cent ans.

CARENCE D'EAU

Le problème qui se pose au Proche Orient risque de se produire dans d'autres zones où, avec les effets des changements climatiques, l'eau deviendra de plus en plus rare. On parle déjà de la zone maghrébine qui va manquer de l'eau. D'ailleurs, à ce sujet, une réunion est prévue le 13 avril prochain à Barcelone, en Espagne, pour envisager des dispositions utiles à prendre. Un problème qui inquiète les pays de la région car l'accès à l'eau douce devient de plus en plus problématique.

La question est en train de prendre des allures dramatiques avec le changement de comportement, des habitudes de la population, surtout celle des pays émergents. Allusion faite à la Chine, au Brésil et à l'Inde. En effet, ces pays sont en train d'enregistrer de changements remarquables au niveau de leurs économies, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités de vivre à leurs populations. L'amélioration des conditions de vie dans les milieux ruraux par la construction de nouvelles infrastructures, l'accès aux nouvelles technologies de communication et de l'information vont changer leur mode de vie. Ces populations vont accéder à l'eau douce, et la demande sur le plan mondial ira toujours croissante.

Il se posera alors un problème qui sera incontestablement source de conflit. En effet, selon certaines statistiques, un américain consomme aujourd'hui 1500 m3 d'eau par an. Si la demande augmente et qu'aucun effort n'est accompli pour trouver et renouveler d'autres sources d'approvisionnement en eau, le citoyen américain devra rationner sa consommation annuelle en eau.

Un magrébin consomme de son côté 500 m3 d'eau par an. Il risque également de se trouver dans les mêmes circonstances si ses sources d'approvisionnement continuent à tarir. Dans le cas d'espèce, il y a risque d'éclatement des conflits sociaux, de soulèvements populaires susceptibles de déstabiliser les institutions gouvernementales.

RDC DANS LE COLLIMATEUR

Depuis le sommet de Copenhague, les yeux se tournent vers des zones qui constituent encore des réservoirs d'eau susceptibles de permettre à l'humanité de survivre. Il s'agit du Bassin du Nil, du Congo et de l'Amazonie. Depuis le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, ensuite à Johannesburg et récemment à Copenhague, des initiatives se multiplient pour que l'eau soit accessible à tout le monde.

.../...

Pour lire la suite, cliquer sur "lien utile"


Source : nouvelessor.over-blog.com

Analyse sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........