La goélette scientifique "Tara" repart en mission étudier le monde du Corail - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/06/2016 à 22h20 par Exo007.


LA GOÉLETTE SCIENTIFIQUE "TARA" REPART EN MISSION ÉTUDIER LE MONDE DU CORAIL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook  Twitter LinkedIn Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La goélette scientifique "Tara"  repart en mission étudier le monde du Corail

 

 

...La goélette scientifique "Tara" a largué les amarres de Lorient le samedi 28 mai, cap sur le Pacifique. Pendant deux ans et demi, les scientifiques vont étudier le corail et son environnement.

Une Onzième mission pour l'équipe scientifique pluridisciplinaire embarquée sur Tara qui va parcourir 100.000 kilomètres d'ici à septembre 2018. Samedi, l'équipage, servi par un soleil généreux et une foule qui l'a ovationné au moment de son départ de l'avant-port de Lorient, a mis le cap sur Miami.

Une première étape que Tara devrait rejoindre d'ici un mois avant de s'engager dans le canal de Panama et rentrer dans les eaux du Pacifique.

 


Tara quitte la rade de Lorient

 

Découvrir le monde microscopique autour des coraux

 

« On connaît très bien la symbiose entre l'animal corail et l'algue qui lui donne sa couleur. Mais tout autour, il y a un monde microscopique dont on ne sait rien », explique Romain Troublé, directeur général de la fondation Tara Expéditions.

À quoi servent ces bactéries et ces virus ? Ont-ils un rôle dans la santé, l'adaptation et la survie des coraux ? C'est à ces questions que devrait répondre la nouvelle expédition Tara...

 

 

Comment les coraux s'adaptent-ils ?

 

« C'est un hasard total mais Tara va prendre la mer alors que les coraux subissent un stress majeur à cause d'El Niño, courant marin qui réchauffe les eaux dans lesquelles se trouvent les récifs », ajoute Romain Troublé.

Quand la température monte, les coraux éjectent les algues avec lesquelles ils vivent en symbiose et blanchissent. « Si cela dure trop longtemps, ils meurent ». « C'est une bonne simulation de ce qui peut se passer dans les années futures avec le réchauffement climatique.

Cela va nous aider à comprendre comment les coraux s'adaptent aux changements ». En 1998, lors de la précédente apparition d'El Niño, « 20 % de la surface corallienne est morte », rappelle Romain Troublé.

(...)

 

 

 

(...)

 

Pour lire la totalité, cliquer ICI

 

Une actualité de Mer et Marine,
relayée par Demain l'Homme
ex SOS-planete

 

Un écolo gagne les
élections contre l'extrême-droite
;
Laurel et Hardy ont décidé de
vendre la France

TAFTA - Le traité
transatlantique
, une sacrée honte
pour la
démocratie !

Pour que pousse la petite graine

 

 

 

 

 

 

 





Auteur : meretmarine.com;