La France trahit ses engagements de Nagoya selon Greenpeace - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 11/11/2010 à 18h04 par Tanka.


LA FRANCE TRAHIT SES ENGAGEMENTS DE NAGOYA SELON GREENPEACE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La France trahit ses engagements de Nagoya selon Greenpeace

Suite au blocage organisé ce matin par Greenpeace devant le ministère de l'Agriculture et de la Pêche, Bruno Le Maire a reçu les représentants de Greenpeace en sortant du Conseil des ministres. L'entretien se résume en un point : l'arbitrage vient de François Fillon en personne, la France va défendre un quota de pêche global de 13 500 tonnes de thon rouge pour 2011.

Trahison totale de la lettre et de l'esprit des accords de Nagoya

Il y a quelques jours seulement, lors de la convention internationale sur la biodiversité de Nagoya, la France s'est officiellement engagée, entre autres, à ce que tous les stocks de poissons soient exploités de façon durable d'ici à 2020.

Quelques jours plus tard, la première décision officielle de la France au retour de Nagoya, c'est donc de prôner un quota de pêche au thon rouge de 13 500 tonnes pour 2011. Un chiffre qui est loin de garantir la survie de l'espèce à 2020. La preuve : les scientifiques de l'Iccat estiment qu'un tel quota ne laisse 30 % de chances à une reconstitution du stock de thon rouge à horizon 2020.

La position de la France revient à ne laisser que 30% de chance de survie au thon rouge. François Fillon et Nicolas Sarkozy trahissent les engagements français pris à Nagoya en termes de protection des écosystèmes. Ils adressent là un magistral bras d'honneur à la communauté internationale et désavouent Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno.

Ce qui se cache derrière la position française...

En 2011, même avec un quota de 13 500 tonnes, les pêcheurs français n'auront droit de pêcher que 500 tonnes de thon rouge. Pourquoi ? Parce qu'ils doivent. Les thoniers français doivent rembourser une dette.

En 2007, ils ont en effet pêché... 100 % de plus que le quota autorisé : ils avaient droit à 5 000 tonnes et ont capturé 10 000. Un accord passé à l'Iccat organise le remboursement de cette dette. Ainsi, cette année, sur les 2 500 tonnes de quota alloué à la France, les thoniers français n'ont eu droit de pêcher effectivement « que » 2 000 tonnes de thons rouges, afin de rembourser 500 tonnes. Pour 2011 et 2012, il est prévu qu'ils remboursent 1 500 tonnes par an.

Un rapport exclusif révèle que les pratiques illégales se perpétuent...

Greenpeace et WWF publient aujourd'hui une analyse des rapports rendus par les observateurs de l'Iccat, qui ont embarqué cette année sur les thoniers senneurs.

Le résultat est sans appel : les fraudes se perpétuent et la traçabilité est impossible.

Pour suivre toute la campagne : campagne Greenpeace

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : Greenpeace

Source : www.newspress.fr