Julien Doré - Nous (Clip officiel) - Extrait de l'album Aimée - Génial !

La France ne sent pas bon - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/01/2013 à 09h10 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
La France ne sent pas bon

 

L'accident de l'usine Lubrizol à Rouen est peut-être symptomatique de la situation de notre pays, où, dans le domaine de l'environnement, ça ne s'arrange décidément pas.

Au-delà des propos voulus rassurants de la ministre Delphine Batho, le même genre de déclarations que nous avions entendu par d'autres voix, lors de la catastrophe de Tchernobyl, on peut tout de même s'interroger sur l'optimisme un peu béat des autorités qui affirment, droites dans leurs bottes, qu'il n'y a pas de danger pour les populations.

Quand des centaines de personnes sont prises de nausées, de vomissements, de maux de tête, n'est-il pas aventureux d'assurer que tout danger est écarté ?

Et si c'était le cas, pourquoi alors avoir annulé un match de foot qui devait se tenir à Rouen ?

La ministre invoque le «principe de précaution», mais celui-ci ne devait-il pas s'appliquer aussi aux populations de la ville et des environs ? Cliquer ICI

Qu'en est-il du Mercaptan ? À quelle dose est-il dangereux ?

D'après Wikipedia, ce gaz incolore, dont l'odeur rappelle celle du chou pourri, est un produit naturel émis par les déjections animales, ainsi que par la décomposition des matières organiques, d'où sa présence dans le gaz naturel.

Extrait : « Il est extrêmement inflammable, et nocif, toxique à hautes concentrations par inhalation et affecte le système nerveux central provoquant des maux de tête, des nausées et une irritation du système respiratoire (...) il peut provoquer une dermatose avec la peau, et il est donc recommandé de laver abondamment la peau et les yeux en cas de contact à de fortes concentration (...) Plus dense que l'air, il a tendance à s'accumuler dans les endroits confinés ». Cliquer ICI

On pourrait donc conclure que, s'il y a eu de nombreux cas de nausées, et autres maux de tête, vomissements, les populations ont été soumises à de fortes concentrations de ce gaz toxique, et tout n'est peut-être pas si bénin.

Michelle Rivasi, l'une des fondatrices de la Criirad, et députée européenne d'EELV, (europe écologie les verts) reproche d'ailleurs aux autorités d'avoir failli dans l'application du principe de précaution, car s'il est possible que la valeur limite d'exposition ne devrait pas poser de problème pour les individus bien portants, quid des autres ?

Elle a déclaré : «Je suis d'accord avec le fait qu'il ne faut pas provoquer des mouvements de panique injustifiés mais il faut aussi et surtout protéger les personnes les plus sensibles et notamment celles souffrant d'affections respiratoires et cutanées chronique».

L'organisation Next-up va plus loin, affirmant qu'il s'agirait de supposé méthanethiol (CH3-SH) appelé de façon générique mercaptan ou méthymercaptan, ajoutant «nous ne connaissons pas la formule chimique exacte du gaz issue de la "réaction chimique en cours" qui n'est plus sous contrôle».

Next-up remarque qu'une certaine confusion existe dans les déclarations officielles, évoquant des «opérations de colmatage», mais aussi la «neutralisation», ce qui n'est pas la même chose, et conclut affirmant «il s'agit d'un produit toxique, voire neurotoxique puisqu'il y a un "ressenti" négatif du métabolisme humain, notamment du système nerveux central» ajoutant «dans ces conditions il ne fait aucun doute : son inhalation actuelle, même à faible dose qui provoque des effets sanitaires impacte toutes les personnes dites en état de faiblesse, mais aussi (...) directement les femmes enceintes avec des conséquences inconnues sur leurs futurs enfants, dit autrement, elle en sont actuellement les principaux cobayes».

 

 

Il y a eu donc volonté de minimiser l'importance de l'accident, ce qui nous ramène à de bien mauvais souvenirs, lorsque la pollution radioactive avait poliment évité la France.

Restons dans le domaine de l'environnement : que se passe-t-il donc dans la centrale nucléaire du Bugey, à quelques encablures de Lyon ?

Le 15 octobre 2012, suite à un prélèvement, l'ASN était informée par la direction de la centrale de la présence de tritium dans la nappe souterraine proche du site.

La quantité de tritium mesurée dépassait la cote des 100 Bq/litre, largement au-delà du taux admis par la norme (8 Bq).

Plus grave, il aura fallu attendre 2 mois, soit le 12 décembre 2012, pour connaitre l'origine de la fuite : « un circuit enterré dans un caniveau permettant de transférer les effluents entre divers bâtiments ».

La partie du caniveau incriminé se trouvait entre les réacteurs 2 et 3, et le Rhône.

On peut déjà se poser la question : pourquoi permettre ces transferts d'eau radioactive, et pourquoi ne pas les stocker dans des containers, au lieu de prendre le risque d'une fuite ?

EDF assure que la fuite à été colmatée, admettant qu'une partie de cette eau radioactive ait rejoint le fleuve et la nappe phréatique.

Sauf que depuis le 15 octobre les taux de radioactivité relevés jusqu'à aujourd'hui n'ont cessé d'augmenter.

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de Olivier Cabanel, publié par agoravox.fr et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de  

SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux).

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 

Auteur : Oliver Cabanel

Source : www.agoravox.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.