"La fonte des glaces joue un rôle majeur dans la montée des eaux" - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/03/2010 à 20h23 par Tanka.


"LA FONTE DES GLACES JOUE UN RÔLE MAJEUR DANS LA MONTÉE DES EAUX"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
"La fonte des glaces joue un rôle majeur dans la montée des eaux"

Comment expliquer sur le phénomène de la montée des eaux des mers et des océans terrestres? Les explications d'Anny Cazenave, membre de l'Académie des sciences et spécialiste des sciences de la Terre.

La montée des eaux des mers et des océans est-elle réelle?

Bien sûr, elle est même scientifiquement prouvée. Depuis 1993, le niveau des mers et des océans est observé grâce à des satellites altimétriques qui nous offrent une vue globale de leur ensemble. Un radar embarqué sur le satellite mesure la hauteur des mers toutes les 5 secondes pendant 10 jours, le temps de produire un quadrillage complet du globe. Ensuite on observe et on compare ces données entre elles. C'est notamment grâce à cela que nous sommes en mesure d'affirmer que la montée des eaux des mers et des océans terrestres s'est accélérée depuis le début des années 1970, en particulier pour la période allant de 1990 à nos jours. Avant cette période, nous observions une montée des eaux globale de 1,7 millimètre par an contre 3,3 millimètres aujourd'hui.

Avant 1990, la montée des eaux était de 1,7 millimètre par an, contre 3,3 aujourd'hui.

Quelles sont les causes de cette accélération?

C'est la combinaison de deux facteurs bien distincts qui joue dans l'accélération de la montée des eaux des océans. Le contenu thermique de l'océan, qui est passé dans une phase chaude depuis quelques années, favorise la dilatation de l'eau de mer ce qui entraîne une montée des eaux. Depuis 2003, ces mesures sont automatisées grâce au système Argos. Des flotteurs profilant plongent jusqu'à 2000 mètres de profondeur et mesurent avec précision la température et le taux de salinité de l'eau.

Ensuite, il faut aussi prendre en compte la fonte des glaces. Celle-ci joue un grand rôle dans la montée des eaux. Il faut néanmoins distinguer la fonte des glaciers de montagne, qui représente un millimètre dans la montée globale des eaux chaque année, et celle des calottes polaires.

Laquelle de ces fontes participe le plus à la montée des eaux de mer?

Actuellement, la fonte des glaciers situés dans l'Ouest de l'Antarctique et au Groenland est la plus inquiétante. A elle seule, selon des publications récentes, elle génèrerait une perte de 300 millions de tonnes d'eau qui se déverseraient directement dans les océans par le biais de la fonte des icebergs, qui sont en fait des pans de glaciers détachés de leur base.

Cette accélération de la montée des eaux a-t-elle un lien avec le réchauffement climatique?

Le réchauffement climatique n'est pas le seul à incriminer. Par exemple, l'oscillation thermique des océans possède une origine naturelle. Leur réchauffement n'est d'ailleurs pas régulier puisqu'il existe des périodes, plus ou moins longues, durant lesquelles la température de l'eau se stabilise, voire diminue. Depuis 2003 notamment, on observe un ralentissement de ce réchauffement. Il ne faut cependant pas oublier que la tendance observée au cours de ces deux dernières années est bien à l'augmentation globale de la température, de l'air comme de l'eau.

A partir de ces données, est-il aujourd'hui possible de modéliser le futur des océans et des littoraux?

C'est possible mais très incertain. Le phénomène du réchauffement thermique des eaux ayant à la fois une origine naturelle et une origine anthropique, chacune soumise à des variations qui influent la fonte des calottes glacières, il paraît peu crédible d'évoquer des chiffres avec certitude. Même si nous possédons des données qui nous aident à mieux comprendre l'évolution actuelle du phénomène de la montée des eaux, je pense qu'il faut avoir le courage de dire "nous ne savons pas".

Par Elodie Bousquet - Source : lexpress.fr


Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire