La fin de la propriété de soi - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/09/2011 à 03h40 par Kannie.


LA FIN DE LA PROPRIÉTÉ DE SOI

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La fin de la propriété de soi

 

La dernière loi psychiatrique française, le rapport de l'Assemblée nationale sur la prostitution, tout comme le développement des suicides dans l'entreprise, dévoilent l'existence d'un pouvoir maternant avec lequel les individus entretiennent une relation fusionnelle. Nous ne sommes plus dans une société de surveillance.

Il ne s'agit plus de contrôler et de modeler les corps, afin de les rendre aptes à la machine économique, mais de s'attaquer à leur être même en fixant les modalités de jouissance des individus.

Quel rapport peut-il exister entre une loi psychiatrique, créant une injonction de soins à domicile, avec un rapport parlementaire visant à pénaliser les clients des prostituées ? Les deux textes opèrent une dissociation du sujet de droit. La propriété de soi est scindée. La jouissance de son corps reste aux mains de l'individu, mais à condition qu'il en fasse un bon usage. L'utilisation doit être conforme à l'image de la dignité humaine, dont les autorités sont le dépositaire légal.

La dissociation de la propriété de soi se révèle être un paradigme de la post-modernité. Non seulement elle résulte de l'action de l'État qui affirme sa nue propriété sur nos existences, mais peut aussi prendre la forme du contrat, comme, par exemple, celui imposé à ses employés par la firme chinoise Foxconn qui interdit à ses employés de se suicider tout en leur recommandant de «chérir leur vie».

Le suicide des travailleurs, comme protestation contre la détérioration de leur conditions de travail, est un symptôme de cette mutation de la propriété de soi qui efface le corps individuel et social au profit de l'image du corps. Il est le phénomène de l'émergence d'une nouvelle forme de subjectivité qui fusionne l'existence du travailleur avec la jouissance de son employeur.

La notion de soins sous contrainte

La loi du 5 juillet 2011 relative « aux droits et à la protection des personnes faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge » opère une nouvelle dérogation au principe général du consentement nécessaire du malade. La notion existante d'hospitalisation sous contrainte est étendue à celle de soins sous contrainte.

Elle rend ainsi possible une surveillance du malade à son domicile, supprimant au passage toute séparation entre espace public et domaine privé. La possibilité pour chaque patient de se déplacer librement se verra strictement encadrée par un «programme de soins» qui fixera les lieux, le contenu et la périodicité des rendez-vous médicaux, avec la menace de se voir hospitalisé d'office si un élément du protocole n'est pas strictement respecté.

Obligation de soins et enfermement, sont ainsi étroitement liés. L'enfermement physique et chimique fait taire. Il nie le symptôme qui fait parler le corps. Il réduit ce dernier à une chose muette. Le corps devient ainsi le simple support de l'invisible, du regard porté sur l'individu.

Ce double enfermement est la condition de transformation du corps en image. Ce projet institue une sorte de garde à vue sanitaire, l'institution d'un délai de 72 heures, durant lequel on pourra maintenir l'hospitalisation d'office d'un patient, sans statuer sur son état et sur la nécessité de l'internement.

L'hospitalisation d'office s'inscrit dans une tendance lourde de retour à l'enfermement psychiatrique. Depuis quelques années, sont créées de nouvelles unités fermées et des chambres d'isolement.

Il est aussi de plus en plus difficile de sortir d'une institution psychiatrique fermée, les préfets ne validant plus systématiquement les sorties des malades hospitalisés d'office, même si elles sont soutenues par les psychiatres. Cette politique sécuritaire s'étend aux hospitalisés volontaires qui, eux aussi, peuvent être privées de leur liberté d'aller et venir.

La capture du corps, dans l'hospitalisation forcée ou dans la garde à vue sanitaire, se complète d'une camisole de force chimique. À travers cette suspension du corps, il s'agit de faire taire, afin que la souffrance ne puisse se dire et de poser le malade en tant que victime de lui-même.

L'injonction de soins, à l'hôpital ou à domicile, intime au patient qu'il doit faire un bon usage de son corps, qu'il ne peut le laisser se dégrader, en épuiser la substance. Il n'a pas le droit de porter atteinte à son image humaine.

Ainsi, le corps devient transparence. Il se réduit à être une image, la visibilité de l'invisible. Placé dans la transcendance du regard du pouvoir, il n'est plus médiation entre l'extérieur et l'intérieur. Sa fonction n'est plus de séparer et d'articuler le dedans et le dehors, mais d'être dans la matérialité du regard de l'autre. [...]

Comme nue propriété, l'image humaine est le patrimoine des autorités instituées. Le malade n'a plus que l'usufruit de son corps et à condition qu'il soit la transparence de la propriété exercée par le pouvoir. La possibilité de réduire ce dernier à une chair sans parole permet ce démembrement.

La criminalisation de la prostitution

La «lutte contre la prostitution» et son élément le plus avancé, la criminalisation du client, en niant à la prostituée le droit de disposer de son propre corps, a pour objectif déclaré la défense de la dignité de la femme et de la personne humaine. C'est bien l'image de la Femme qu'il s'agit de préserver au dépend des femmes concrètes qui seront, suite à l'application de telles mesures, mises en danger par le développement de la clandestinité. [...]

Contrat et abandon de la propriété de soi

La dissociation de la propriété de soi est bien un paradigme de la post-modernité. Non seulement elle est le résultat de l'action de l'État, mais elle peut également prendre la forme du contrat, par lequel un employé abandonne la nue propriété de sa vie à son employeur.

Foxconn, sous-traitant chinois d'Apple, HP, Dell et Nokia, a été accusé de faire signer à ses employés un contrat, par lequel ils s'engagent à ne pas se suicider et à «chérir leur vie». Le texte indique que désormais, Foxconn -voir post- ne pourra, en aucun cas, être désigné comme responsable du suicide d'un employé et ne devra payer aucun dommage et intérêt aux familles.

Cette dernière clause a provoqué la colère des médias chinois, puisque Foxconn versait environ 13 000 euros à chaque famille des ouvriers suicidés, soit 10 ans du salaire minimum dans une usine de la firme.
 

(...)

 

Pour lire la suite de ce passionnant article de Jean-Claude Paye, publié par Voltairenet.org, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Jean-Claude Paye

Source : www.voltairenet.org