La fertilité en baisse - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/07/2011 à 23h01 par Kannie.


LA FERTILITÉ EN BAISSE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La fertilité en baisse

 

La pollution constitue-t-elle une menace pour la reproduction des humains ?

Faut-il s'inquiéter pour l'avenir de l'espèce humaine ? Des études montrent que la fécondité, notamment dans les pays industrialisés, est en forte baisse.

Notre mode de vie est-il la seule raison de cette natalité déficiente ? Assez paradoxalement, la surpopulation est un autre sujet d'inquiétude. Mais, doit-on parler de surpopulation ou d'inégalité de la répartition des richesses ?

Il semble important d'aborder la démographie mondiale autrement qu'en énumérant des chiffres. Derrière les statistiques démographiques se cache en effet un réel problème écologique et social.

Combien d'hommes sur la Terre ?

Le nombre d'humains nés sur Terre depuis les origines se situerait autour de 80 milliards. Sur les 80 milliards, près de la moitié serait née au cours des deux derniers millénaires. La population mondiale a surtout augmenté depuis 200 ans. Le six milliardième être humain a officiellement vu le jour le 12 octobre 1999, à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine. Cette date a été choisie arbitrairement par le F.N.U.A.P.

Entre 1900 et 2000, selon les estimations de l'O.N.U., la population de la planète est passée de 1,65 à 6,06 milliards d'hommes.

La population continue à augmenter, mais le taux d'accroissement naturel (différence entre le taux de natalité et le taux de mortalité) diminue régulièrement : il est passé de 2,04 % à la fin des années 1960, à 1,3 % aujourd'hui.

Quant au nombre d'enfants par femme, il a lui-même fortement chuté pendant la même période, passant, en moyenne, de 5 à 2,7.

Il y a à peu près le même nombre de femmes que d'hommes sur Terre. Sur 1000 personnes, 503 sont des hommes et 497 des femmes. L'écart se creuse avec l'âge. Ainsi, en France, 8 centenaires sur 10 sont des femmes (en 2005).

Après nous avoir prévu un avenir catastrophique dû à la surpopulation, les experts sont aujourd'hui beaucoup plus modérés. [...]

Pourquoi la natalité est-elle en baisse ?

Dans les pays industrialisés, il semble y avoir plusieurs causes à cette baisse de la fécondité.

La contraception. [...] Selon le F.N.U.A.P., sur 80 millions de grossesses recensées par an dans le monde, un tiers environ ne sont pas prévues, et environ 500 000 femmes meurent des suites de leur grossesse.

Dégradation du sperme humain

Selon une étude, les hommes produiraient de moins en moins de spermatozoïdes. Dans les pays développés, en 50 ans, la qualité du sperme humain a décliné. Une étude qui a porté sur les dons de sperme faits en France de 1973 à 1992 a montré qu'il n'y avait pas malformation. C'est une diminution progressive du nombre de spermatozoïdes. Il y a environ 30% de spermatozoïdes en moins. Stress et surtout pesticides seraient les causes de ce problème.

Entre indifférence et stress

Notre mode de vie n'est certainement pas étranger à la baisse de la natalité. La cellule familiale a éclaté et les problèmes économiques n'encouragent pas à fonder une famille. De plus, il existe une fracture de plus en plus importante entre «jeunes» et «vieux».

Qu'attendent les gouvernements pour nous doter d'une véritable politique familiale et de logement ?

La proportion de personnes âgées est en augmentation mais parallèlement, nous les traitons comme s'ils n'avaient plus rien à apporter à la société. Autrefois et toujours aujourd'hui dans certains pays, considérés comme porteurs du savoir et essentiels à l'apprentissage, nos «vieux» sont devenus un fardeau que l'on n'hésite pas à abandonner dans des mouroirs.

Le taux de natalité est actuellement de l'ordre de 13 pour 1 000 en France, de 11 pour 1 000 en Belgique et en Suisse, alors qu'il dépasse 50 pour 1 000 dans les pays à fort taux de natalité comme le Mali, le Niger ou l'Angola.

Parallèlement, l'indice de fécondité (nombre d'enfants par femme) a également diminué, de sorte que, dans un certain nombre de pays, le remplacement des générations, qui correspond à 2,1, n'est plus assuré. Ainsi, cet indice est de 1,9 pour la France, de 1,4 pour le Canada et de 1,3 pour l'Allemagne et l'Autriche.

L'immigration a-t-elle un impact sur la démographie ?

Les pays occidentaux affichent un taux d'immigration en nette augmentation sur les 50 dernières années. Une naissance sur huit en France est de mère immigrée.

La crise économique qui a touché les pays européens dans les années 1970 et 1980 a fait de l'immigration un enjeu politique et du racisme un thème électoraliste. En France, une personne sur quatre est immigrée ou d'ascendance étrangère. Sans les vagues successives d'immigration depuis un siècle, l'Hexagone ne serait peuplé aujourd'hui que de 48 millions d'habitants environ au lieu des 62 millions recensés.

Les perspectives démographiques pour le XXIe siècle

Il a fallu 40 000 ans, depuis l'homme de Cro-Magnon, pour en arriver à 2,5 milliards d'individus. Il a fallu trente-sept ans pour que la population du globe double, entre 1950 et 1987, passant de 2,5 à 5 milliards d'habitants. Selon l'O.N.U., il faudra plus de temps pour qu'elle double à nouveau et l'hypothèse d'une explosion démographique paraît exclue.

Dans presque tous les pays industrialisés, cette fécondité est désormais inférieure au taux de remplacement et, dans leur majorité, les pays européens s'orientent vers une diminution de leur population.

L'ONU prévoit une moyenne de 2,1 enfants par femme au milieu du XXIe s. La population mondiale pourrait alors passer à 11 milliards de personnes et se stabiliser.

Les prévisions les plus pessimistes prévoient une moyenne de 1,6 enfant, soit le taux actuel de fécondité générale en Europe. La population mondiale commencerait à diminuer, après avoir atteint un maximum de 8 milliards de personnes.
Mais cette évolution n'est pas uniforme.

L'accroissement naturel est en forte augmentation en Afrique subsaharienne, dans une grande partie des pays musulmans du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Irak, Iran, Afghanistan) ou en Bolivie. L'Afrique subsaharienne connaîtra une expansion sans précédent, passant en trente ans de 746 millions à 4,6 milliards d'individus ; en 2025, elle représentera 19 % de la population mondiale, au lieu de 12 % aujourd'hui.

En Asie, le taux annuel moyen devrait descendre à 1,2 %, en raison de la régression de l'accroissement naturel en Chine (0,7 %) et en Inde (1,3 %). La population mondiale serait donc redistribuée. En 2025, les pays d'Europe, ceux d'Amérique du Nord et ceux de l'ex-U.R.S.S. se classeraient, respectivement, aux quatrième, cinquième et sixième rangs.

La population européenne se renouvellerait faiblement. L'Amérique du Nord et l'ex-U.R.S.S. auraient une croissance très faible et ne regrouperaient plus que 15 % de la population mondiale.
 

Pour lire cet article publié par L'Opinion, cliquer sur Source ou Lien utile

 
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : L'Opinion

Source : www.lopinion.ma