La faim justifie les moyens - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/11/2010 à 14h52 par Tanka.


LA FAIM JUSTIFIE LES MOYENS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
La faim justifie les moyens

L'humanité ne peut pas dire qu'elle progresse alors que la faim est devenue le premier risque sanitaire mondial. La faim tue aujourd'hui plus que le paludisme, le Sida et la tuberculose réunis ! Un milliard de personnes (1) souffrent de la faim aujourd'hui dans le monde.

À chaque poignée de secondes qui s'écoule, un être humain quitte les promesses de la vie. Les plus vulnérables sont les enfants, les femmes et les paysans, ceux-là même qui devraient entretenir la terre nourricière. La guerre, la mal gouvernance, la corruption, les catastrophes naturelles, le dérèglement climatique : autant de causes qui réclament l'aide des pays riches envers les pays pauvres. L'aide au développement doit passer au premier plan des relations internationales. La faim justifie que l'on mette en oeuvre tous les moyens pour la faire taire.

Les rescapés du séisme de Haïti sont toujours dans l'urgence. Ceux de Cotonou, la capitale du Bénin sinistrée par des inondations ravageuses les rejoignent cette semaine au triste bilan des victimes des calamités d'une nature affolée. Les chinois des campagnes dont on ne parle guère et les femmes des montagnes afghanes comme les enfants sous la cendre des volcans d'Indonésie, tous ont la faim au ventre, ce scandale à l'estomac qui devrait nous faire réagir sans relâche. Il ne faut pas taire la litanie des malheurs du monde mais l'entendre, et réagir.

La faim est multiple, au-delà de la douleur du ventre vide. La sous-alimentation ou la malnutrition quand les calories manquent à l'appel se traduisent par une faiblesse du corps qui devient incapable de réagir aux infections et maladies. Faut-il vraiment dire qu'il est anormal de mourir pour une diarrhée ?

Il semble que les autorités mondiales qui viennent de débattre des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) n'en soient pas convaincues puisqu'elles renvoient aux années à venir les perspectives d'améliorer le sort des crève-la-faim... Plus tard, toujours plus tard. Les promesses ne nourriront pas ceux qui meurent aujourd'hui. Les quelques multinationales qui se partagent le marché des céréales sont plus efficaces quand elles entassent leurs gains dans le grenier des paradis fiscaux.

Les pays en développement, appellation pudique de la pauvreté mondiale, ne sont pas les seuls concernés. Une quinzaine de millions de personnes a faim au coeur de nos pays riches. Chacun peut agir ici et maintenant. Souvenez-vous-en quand vous croiserez ces jours-ci la collecte de la banque alimentaire.

(1) Rapport de la FAO, organisation des Nations Unies pour l'alimentation.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Source : www.ouest-france.fr

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • faim - 
  • famine - 
  • FAO