La désertification au Niger - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/05/2011 à 16h47 par Fred.


LA DÉSERTIFICATION AU NIGER

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La désertification au Niger

 
Quelques données sur le Niger...

La République du Niger est un pays d'Afrique de l'Ouest entouré de l'Algérie, la Lybie, le Nigéria, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad, dont la capitale est Niamey.

Classé 22ième sur 193 pour sa superficie, sa population n'était que de 16 M d'habitants en 2010. Mais avec le taux de fécondité par femme le plus élevé au monde (7,75 enfants par femme selon Géo Population), celle-ci pourrait atteindre 34 M d'ici 2050.

Le Niger est le 2ième producteur d'uranium au monde, ce qui ne l'empêche pas d'être 182ième sur 182 sur le classement de l'indice de développement humain (IDH) créé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

L'agriculture représente 39% du PIB, mais mobiliserait 90% de la population. Les températures maximales pour les deux mois les plus chauds atteignent les 41°C, alors que la pluviométrie annuelle moyenne est faible puisqu'elle oscille entre 150mm (nord) et 750mm (sud). Il y a trois saisons d'environ 1 mois, une sèche et fraîche (novembre à février), une sèche et chaude (mars à juin) et une chaude et pluvieuse (fin juin à septembre-octobre).

État des lieux

Le territoire du Niger est constitué à 80% du Sahara et du Sahel, et cette proportion ne cesse d'augmenter puisque le désert progresse de 200 000 hectares par année.

Selon le Programme des Nations Unis pour l'Environnement (PNUE), la forêt a perdu un tiers de sa superficie depuis 1990 et ne couvre maintenant qu'un pourcent du pays.

Les quelques éléphants, lions, et le dernier troupeau de girafes en liberté de l'Afrique de l'Ouest sont en danger de disparition du fait de la destruction de leur habitat naturel.

Une étude de l'organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que 70% de la population vivent en deçà du seuil de la pauvreté, et qu'en zones agricoles et agropastorales, 72% des revenus des familles sont consacrés à l'alimentation.

Les causes de la désertification

• Conditions climatiques
La faible pluviométrie et les sécheresses récurrentes semblent très révélatrices de la désertification. Par contre, une étude de l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD) tend à démontrer que la végétation du Sahel s'est adaptée à ces conditions au cours des siècles. La dégradation serait négligeable là où l'impact humain est faible ou nul. Ces conditions constituent néanmoins un facteur aggravant très important de la dégradation des terres en zones sèches.

• La pauvreté
La pauvreté d'une grande partie de la population et le manque d'accès aux ressources (terre, travail, intrants, capitaux, marchés, savoir-faire) les contraints à consommer les ressources naturelles dont dépendent leur survie à long terme, les entrainant ainsi dans une spirale de dégradation des ressources et d'extrême pauvreté.

• Mauvaises pratiques agricoles et d'élevages
Selon la Food and Agriculture Organization (FAO), la dégradation de la productivité agricole, dû entre autre par l'absence d'investissement, l'absence de jachère, et certaines mauvaises pratiques comme le brulis, contraindrait les paysans à défricher jusqu'à 80 000 nouveaux hectares chaque année, au dépens des forêts. Cette diminution du couvert végétal expose davantage les terres aux vents qui balaient la couche superficielle de terre fertile et les recouvrent de sable. Aussi, l'élevage est en forte croissance au Niger, mais l'absence de délimitations clôturées entraîne la surexploitation des pâturages et le piétinement de la régénération naturelle.

• Bois vs énergie et industries
Toujours selon la FAO, 93 à 97% des besoins en énergie des familles rurales et urbaines sont comblés par le bois (bois de chauffe, charbon), qui proviendrait à 80% de sites non aménagés. L'industrie du bois d'oeuvre, quant à elle, y est très peu contrôlée. Le florissant secteur minier a aussi eu un effet négatif sur les forêts par la construction de routes ouvrant l'exploitation de nouvelles zones forestières auparavant difficilement accessible, comme la barrière végétale de Tanout qui se dégrade, et enlève la protection naturelle qu'elle proférait entre le désert et la région de Zinder.

• Problématique foncière
La très grande majorité des agriculteurs ne possèdent pas la parcelle qu'ils cultivent, elle leur a été attribuée. Le risque de se faire évincer de son champ à n'importe quel moment est un obstacle au plein investissement du paysan.

• Accroissement de la population
Avec le taux de fécondité le plus élevé au monde (près d'un Nigérien sur deux ne dépasse pas l'âge de 15 ans), la population augmente beaucoup plus rapidement que la production alimentaire du pays et que le taux de régénérescence des ressources naturelles.

Les solutions envisagées

• Réforme foncière
• Lutte contre la pauvreté par le développement d'activités génératrices de revenus*
• Encadrement législatif de la coupe commerciale et des espaces naturels protégés
• Programme favorisant le contrôle des naissances
• Valorisation des terres et augmentation de leur productivité *
• Régénération des terres par diverses techniques de protection contre le vent, l'érosion et le pâturage*
• Promotion de l'énergie solaire, ainsi que du gaz et du charbon minéral
• Promotion et support aux exploitations forestières et agro-forestières*

*Les solutions où intervient Tree-Nation
 

Un article de Sebastien, publié par tree-nation.com

 

Vous aimez notre travail ? Alors merci de nous soutenir

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Source : www.tree-nation.com