La dépendance au foot - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/06/2010 à 02h01 par Michel.


LA DÉPENDANCE AU FOOT

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La dépendance au foot

Transe individuelle et communion collective, certaines scènes dans les stades ou devant la télévision font peur. Surtout à ceux qui n'aiment pas le sport et qui regardent ces comportements étranges avec circonspection !

Fous de foot : les symptômes de l'addiction

Apparemment, les fous du football, les supporters invétérés, offrent tous les symptômes de l'addiction, d'une dépendance aux matchs et aux résultats.

D'après l'alcoologue français Pierre Fouquet, la dépendance en matière d'alcoolisme est "la perte de la liberté de s'abstenir". Peut-on alors parler pour autant d'addiction au football ? Café, tabac, drogue, jeu d'argent, boulimie, anorexie, fièvre des achats, fan d'un chanteur ou fou du foot... où commence la maladie et où finit la passion ?

De plus, du fait de la succession certaine des matchs et des résultats, il est possible de s'étourdir de rencontres sportives et de centrer sa vie sur ce thème et, peut-être, de tomber dans l'addiction.

Le mécanisme de l'addiction

Concernant l'addiction, on parle souvent de l'effet cacahuète : on commence à en manger et on ne peut s'arrêter. Le cerveau mémorise l'expérience agréable et le plaisir procuré par une substance.

Le simple fait d'y penser stimule déjà la dopamine, l'hormone du plaisir, et les messagers chimiques, car notre cerveau anticipe l'effet. Les neurones qui produisent la dopamine sont situés dans le système limbique ainsi que dans deux glandes essentielles du cerveau : l'hypothalamus et l'hypophyse.

Autre attrait du spectacle sportif : l'issue de la rencontre reste incertaine, ce qui explique, en partie, le désir et le plaisir de voir un match, puis un autre et encore un autre...

Le foot : une addiction ?

Le spectacle du football ne peut cependant pas être considéré comme une addiction. En revanche, il peut avoir des conséquences directes sur notre santé. Ainsi, après la Coupe du monde de 1998, il y a eu des rechutes sensibles parmi les alcoolo-dépendants : pour fêter l'événement !

Et d'après le British Medical Journal, une augmentation de 25 % des arrêts cardiaques a été constatée en Angleterre, à l'occasion de la séance de tirs au but face à l'Argentine, en 1998.

Note de Mich : Pourquoi pas d'addiction au ballon bleu qui sert de terrain de foot?

SOS-planete





Auteur : France 5 : magazine de la santé

Source : www.france5.fr