La culture du coton conventionnel : une pollution catastrophique ! - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/08/2009 à 11h57 par Isabelle.


LA CULTURE DU COTON CONVENTIONNEL : UNE POLLUTION CATASTROPHIQUE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
La culture du coton conventionnel : une pollution catastrophique !

Information sélectionnée par Isabelle - Encore un désastre écologique ! Multiplication de traitements chimiques, avant, pendant et après récoltes, déversements d'eaux polluées et appauvrissement intolérable de la Terre...au nom du rendement et de la rentabilité, l'homme dans son présent est le pire ennemi de son futur...si futur il veut bien s'accorder...

- La culture du coton représente 2,5% de la surface agricole mondiale, mais consomme 25% des pesticides vendus dans le monde (Source : OMS).

- De nombreux pesticides utilisés sur le coton sont classés parmi les substances dangereuses et sont même prohibés par l'Organisation Mondiale de la Santé. Selon l'OMS, chaque année, 1 million de personnes sont intoxiquées et 22 000 personnes meurent à cause de cette culture.

- L'irrigation artificielle du coton conventionnel utilise plus de 2/3 des ressources mondiales d'eau potable. Environ 5 263 litres d'eau sont nécessaires pour produire 1 kg de coton. (Source : CNRS).

- L'utilisation des pesticides et engrais correspond à 40% des coûts de production du coton conventionnel (Source : Conseil Consultatif International sur le Coton)

- Autour de la Mer d'Aral (Asie centrale), la culture du coton a perturbé de manière pratiquement irréversible les écosystèmes de régions immenses. La Mer d'Aral a diminué de moitié, désormais, son eau est trop polluée et trop salée pour accueillir une vie aquatique et les terres environnantes ne sont plus cultivables. (Source : UNESCO).

Les problèmes engendrés par la culture du coton dans le monde :

Aujourd'hui, une grande partie des vêtements que nous portons sont en coton, quoi de plus naturel ?

Seulement, peu de personnes connaissent les conditions de production des vêtements en coton et leurs conséquences désastreuses sur les cultivateurs et l'environnement.

La culture de coton consomme énormément de pesticides pour lutter contre les ravageurs et autres insectes susceptibles de détruire les plantations.

De 10 traitements aux pesticides par an dans les années cinquante, on est passé à 30 voire 40 actuellement dans certaines régions !

Cette culture fait également appel à beaucoup d'engrais chimiques, pour améliorer les rendements.

L'utilisation intensive de produits chimiques a des conséquences graves :

Pour les producteurs :

- intoxications mortelles, malformations à la naissance, cancers, eczéma.

- endettement pour acheter des insecticides toujours plus performants.

Il faut savoir que la plupart des pesticides utilisés dans la culture du coton sont considérés comme dangereux par l'OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) mais continuent d'être vendus par des firmes multinationales, telles que Bayer ou Monsanto, dans les pays en voie de développement, notamment en Inde.

Pour l'environnement :

- pollution des nappes phréatiques

- destruction des ressources en eau

- salinisation des sols

- déclin de la fertilité des sols causé par une culture intensive.

- empoisonnement direct et indirect via la contamination des nappes phréatiques, du bétail.

Pour le consommateur :

Possibilité d'allergies causées par les résidus de pesticides et les métaux lourds présents dans le coton.

La récolte emploie une main d'oeuvre bon marché abondante.

Les personnes en contact avec les produits chimiques ne sont donc pas uniquement les cultivateurs.

La contamination se poursuit après les récoltes dans les usines de teinture : les teintures utilisées ne sont pas naturelles mais chargées en produits chimiques et en métaux lourds nocifs pour l'environnement et la personne qui les manipule.

Vient ensuite le moment de la confection des vêtements.

Les bandes de coton sont assemblées pour former un T-shirt, un pantalon.

L'industrie textile entraîne alors des rejets d'eaux usées et pollue l'air.

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.